Auteurs

Yamaguchi H, Tsurita G, Ueno S, Watanabe S, et al (2003):

Cette étude avait pour but de clarifier les effets de l'exposition aux champs électromagnétiques utilisés par les téléphones cellulaires sur l'apprentissage et la mémoire. Des rats ont été exposés pendant 1 heure par jour, pendant 4 jours ou pendant 4 semaines à un champ modulé TDMA à 1439 MHz. Le DAS moyen du cerveau était de 7,5 W/kg et le DAS pour le corps était de 1,7 W/kg. D'autres rats ont été exposés à un DAS de 25 W/kg pour le cerveau et 5.7 W/kg pour le reste du corps, 45 minutes par jour, pendant 4 jours. Après une période d'adaptation et d'entraînement dans un labyrinthe en T, les rats étaient testés avec la nourriture dans le bras opposé à celui utilisé pendant l'entraînement. Les tests ont été faits immédiatement après l'exposition EM pour l'expérimentation de 4 jours. Pour celle de 4 semaines, les rats étaient exposés pendant 3 cycles de 5 jours, chacun suivit de 2 jours de repos. Après le troisième cycle (et 2 jours de repos), les rats étaient testés les 4 jours suivants, immédiatement après l'exposition quotidienne de 1 heure. Les rats exposés de façon fictive et les rats témoins étaient testés également. La température intrapéritonéale de 4 rats était prise pour chaque condition d'exposition.

Les rats exposés avec un DAS moyen pour le cerveau de 7,5 W/kg pendant 4 jours ou 4 semaines n'ont montré aucune diminution de leur performance dans le labyrinthe en T. Toutefois, les rats exposés à un DAS moyen de 25 W/kg pour le cerveau ont démontré une diminution significative du nombre de choix exacts dans le labyrinthe en T. La température intrapéritonéale des rats avec un DAS de 25 W/kg était augmentée de 2°C, tandis que celle des rats exposés à un DAS de 7,5 W/kg était normale.

Les auteurs affirment que les résultats suggèrent que l'exposition à un champ TDMA à des concentrations environ 4 fois supérieures que celles émises par les téléphones cellulaires n'affectent pas l'apprentissage et la mémoire lorsqu'il n'y a pas d'effet thermique. Dans la section " discussion " de leur étude, les auteurs font remarquer que leurs résultats diffèrent de ceux de Wang et Lai (2000) et suggèrent que cela peut être imputé aux systèmes d'exposition. Ils affirment que le système utilisé par Wang et Lai peut produire un effet sonore des micro-ondes, ce qui influencerait le comportement des rats.

 


Accueil             Liens              Carte du site               Contacez-Nous
© Centre McLaughlin Centre d'évaluation du risque pour la santé des populations