Auteurs
Malyapa RS, Ahern EW, Straube WL, et al.

Ces auteurs ont publié trois articles sur les dommages faits à l'ADN suite à une exposition à des rayonnements électomagnétiques.

La première étude (1997a), utilisait la même fréquence employée dans les études de Lai et Singh - 2450 MHz. Les DAS étaient de 0,7 et 1,9 W/kg. Deux types de cellules mamméliennes ont été utilisées - des cellules de glioblastomes humains et des cellules de fibroblastes de souris. Les cellules ont été exposées pendant 2 heures ou 2 heures suivies d'une incubation de 4 heures ou 4 heures suivies d'une incubation de 24 heures. Aucune différence significative n'a été observée entre le groupe exposé et le groupe témoin.

Dans le seconde étude (1997b), les mêmes types de cellules ont été exposées soit à des ondes continues à modulation de fréquence à une fréquence de 835,62 MHz ou à un signal à accès multiple par répartition de codes (AMRC) à une fréquence de 845,74 MHz. Les cellules ont été exposées pendant différentes périodes de temps allant jusqu'à 24 heures. Le DAS était de 0,6 W/kg. Aucune différence significative n'a été observée entre le groupe exposé et le groupe témoin.

Dans la troisième étude (1998), les auteurs ont tenté de reproduire les études effectuées par Lai et Singh et ont étudié les effets des rayonnements à ondes continues à 2450 MHz sur des cellules cérébrales de rats. Ils n'ont pu confirmer que des dommages au cerveau survenait après 2 heures d'exposition ou 4 heures après le rayonnement.


Accueil             Liens              Carte du site               Contacez-Nous
© Centre McLaughlin Centre d'évaluation du risque pour la santé des populations