Auteurs
Gos P, Eicher B, Kohli J, Heyer W-D

Dans cette étude, les auteurs ont utilisé des champs de 900-MHz se rapprochant beaucoup du Global System for Mobile Communication (GSM). Des cellules de la levure Saccharomyces cerevisiae ont été exposées à des champs avec des DAS entre 0,13 et 1,3 W/kg afin de déterminer si les champs des téléphones mobiles ont un potentiel génotoxique. Lors de certaines expérimentations, l'exposition incluait une substance génotoxique connue, le méthyl methansulfonate. Ces expérimentations conçues pour mesurer les taux de mutations et la stabilité génomique n'ont révélé aucune anormalité.


Accueil             Liens              Carte du site               Contacez-Nous
© Centre McLaughlin Centre d'évaluation du risque pour la santé des populations