Auteurs
Gadhia PK, Shah T, Mistry A, Pithawala M, et al. (2003)

Les auteurs ont analysé les lymphocytes de 24 personne ayant utilisé un téléphone mobile pendant au moins 2 ans ainsi que les lymphocytes de 24 témoins n'ayant jamais utilisé de sans fil. Chacun des groupes comportait 12 fumeurs et preneurs d'alcool (S-A) et 12 non-fumeurs et s'abstenant de prendre de l'alcool (NS-NA). Le groupe témoin était assorti en fonction de l'âge et du sexe, d'un état de santé similaire, d'habitudes de travail similaire et de carrières similaires.

Les lymphocytes étaient mis en culture et préparés pour analyse. Toutes les préparations microscopiques étaient codées et réparties de façon aléatoire afin d'éviter les résultats biaisés. Les préparations étaient analysées afin de détecter les aberrations chromosomiques (CA), les fréquences d'échange de chromatides sœurs (SCE) et l'index de réplication (RI). Six échantillons de chaque groupe étaient traités avec la mitomycine-C (MMC), un agent mitogène connu, afin de déterminer si cela avait un effet synergétique avec le téléphone mobile.

Une augmentation significative des chromosomes dicentriques a été observée chez les usagers
S-A en comparaison des usagers NS-NA. Après le traitement à la MMC, une augmentation significative des chromosomes dicentriques et en anneau a été observée chez les usagers S-A et NS-NA en comparaison avec leurs témoins respectifs. Même si une augmentation significative des SCE a été observée chez les usagers du sans fil, aucun changement n'a été noté dans le cycle cellulaire.


Accueil             Liens              Carte du site               Contacez-Nous
© Centre McLaughlin Centre d'évaluation du risque pour la santé des populations