Auteurs
Bisht KS, Moros EG, Straube WL, Baty JD, Roti Roti JL (2002)

Des cellules C3H 10T½ , dérivées de fibroblastes d'embryons de souris, ont été utilisées dans cette étude. Les cellules ont été exposées à des rayonnements modulés de 835,62 MHz AMRF ou 847,74 MHz AMRC pendant 3, 8, 16 ou 24 heures. Le DAS pour l'AMRC était de 3,2 ou 4,8 W/kg et de 3,2 ou 5,1 W/kg pour l'AMRC. Le DAS minimal de 3,2 a été choisi parce qu'il représente le double de la moyenne d'exposition maximale permise pour 1 g de tissus pendant 30 minutes ou plus, selon les normes de sécurité établies pour le grand public par la Commission fédérale des communications aux États-Unis. Les DAS de 4,8 et 5,1 W/kg étaient les plus élevés obtenus selon le système, sans que cela ne cause une augmentation de la température.

Dans les trois essais, aucune preuve ne démontrait une augmentation du nombre de cellules micronuclées par rapport aux cellules exposées de façon fictive.

Les auteurs discutent de pourquoi leurs résultats diffèrent autant de ceux d'autres chercheurs comme Tice (2002). Il existait des différences dans les systèmes biologiques et les sources de rayonnements utilisés par les deux groupes. Bisht et ses collaborateurs n'ont pu écarter la possibilité que les rayonnements RF à des DAS supérieurs à 5 W/kg puissent causer des micronoyaux.


Accueil             Liens              Carte du site               Contacez-Nous
© Centre McLaughlin Centre d'évaluation du risque pour la santé des populations