Auteurs
Bartsch H, et al. (2002)

Dans cette étude, les auteurs ont utilisé des rats Sprague-Dawley. À 51 jours, les rats ont reçu une dose unique de diméthylbenz(a)anthracène (DMBA), une substance qui produit des tumeurs mammaires. Ils ont ensuite été exposés à un signal qui s'apparente au GSM (900 MHz modulé à 217 Hz), avec une densité de pouvoir de 100µW/cm² 24 heures par jour. Le DAS total du corps était de 17,5 à 70 mW/kg pour les rats adultes et 32,5 à 130 mW/kg pour les jeunes rats, au début de l'étude. Trois expériences ont été effectuées et ont débuté la même journée, trois années consécutives. La seule différence dans les trois expériences était l'âge lors de l'achat (38, 43, et 34 jours respectivement) et le nombre de jour pour s'acclimater aux conditions des installations (13, 8, et 17 jours). Les animaux étaient libres dans leur cage.

Les animaux étaient examinés de façon hebdomadaire afin de déceler la présence de tumeurs mammaires et euthanasiés lorsque la tumeur atteignait 1ou 2 cm de diamètre afin de permettre un diagnostic histologique fiable. Lors de la troisième expérience, une personne ne connaissant pas le statut d'exposition a examiné les rats.

Les résultats généraux démontrent qu'il n'existe aucun effet statistiquement significatif des champs RF sur la latence des tumeurs et l'incidence cumulative des tumeurs. Toutefois, dans la première expérience, la latence moyenne pour le développement de la première tumeur maligne dans chacun des animaux était significativement plus longue chez les animaux exposés comparés aux témoins (278 jours en comparaison de 145 jours). Aucune différence dans le temps de latence n'a été observée dans les deux autres expériences. Les auteurs pensent que la durée de la période d'adaptation peut être reliée à la période de latence et qu'une courte période d'adaptation pourrait augmenter la sécrétion d'hormones du stress.

Les auteurs affirment qu'on retrouve la densité de pouvoir de 100 µW/cm², obtenue avec des antennes de 13 à 15 W, à 6,3 m d'une antenne de station de base typique de 200 W avec un gain de 4 dB.

L'incidence des tumeurs malignes chez les animaux exposés de façon fictive était élevée (79 à 91%) et certains peuvent affirmer qu'il peut être difficile de démontrer la différence entre les taux d'incidence chez les animaux exposés. Toutefois, les taux n'avaient pas tendance à être plus élevés chez les rats exposés.


Accueil             Liens              Carte du site               Contacez-Nous
© Centre McLaughlin Centre d'évaluation du risque pour la santé des populations