J


     
 

septembre 2010

Conception d’une étude de cohortes sur l’utilisation du téléphone cellulaire et la santé (Cosmos)

Les auteurs décrivent l’étude Cosmos (Cohort Study of Mobile Use and Health), une vaste étude de cohortes prospective sur les utilisateurs de téléphone cellulaire menée dans cinq pays européens (Danemark, Finlande, Suède, Pays-Bas et Royaume-Uni). Cette étude vise à recruter 250 000 hommes et femmes âgés de 18 ans et plus, qui seront suivis pendant plus de 25 ans. Les chercheurs recueilleront des données de façon prospective sur l’usage du téléphone cellulaire, à partir de questionnaires et des données de facturation des exploitants de réseau, puis ils examineront un certain nombre de liens possibles entre cet usage et diverses maladies en se basant sur des registres de maladies existants. Les différences entre les symptômes observés, notamment les maux de tête, la qualité du sommeil et le bien-être, seront évaluées au moyen de questionnaires auxquels les participants répondront au début de l’étude et ultérieurement.

Schüz, J., P. Elliott, A. Auvinen, H. Kromhout, A.H. Poulsen, C. Johansen, J.H. Olsen, L. Hillert, M. Feychting, K. Fremling, M. Toledano, S. Heinävaara, P. Slottje, R. Vermeulen et A. Ahlbom.« An international prospective cohort study of mobile phone users and health (Cosmos): Design considerations and enrolment », Cancer Epidemiol, 30 août 2010  (avant impression).

Pour plus de renseignements, voir « Recherche – Épidémiologique – Études examinant expressément l’usage du téléphone cellulaire »
Sommaire>

Sommaire Complet>


Aucune donnée n’établit de liens entre l’exposition aux CEM des stations de base et la manifestation d’effets physiologiques à court terme influençant la qualité du sommeil

Cette étude avait pour but d’examiner les effets des champs électromagnétiques (CEM) produits par les stations de base de téléphonie mobile et d’autres effets non liés aux CEM sur la qualité objective et subjective du sommeil. Une étude randomisée croisée à double insu contre placebo a été menée auprès de 397 résidents d’Allemagne qui ont été soumis à une exposition fictive ou réelle (signaux de stations de base GSM) pendant 12 nuits. Les données ont été recueillies par la mesure de l’exposition aux CEM, au moyen de questionnaires sur les troubles du sommeil, la qualité globale du sommeil, les attitudes à l’égard de la téléphonie mobile et la qualité subjective du sommeil, ainsi que par l’évaluation objective de la qualité du sommeil (tracés de l’EEG et de l’EOG). Les résultats n’indiquent aucune différence significative entre les effets objectifs et subjectifs associés aux expositions réelles (CEM) et fictives. Cependant, durant les nuits d’exposition fictive, un certain nombre de paramètres mesurés du sommeil ont été nettement moins bons chez les sujets qui s’inquiétaient des effets possibles des stations de base que chez ceux qui n’avaient aucune inquiétude à ce sujet. Selon les auteurs, leur étude n’indique aucun effet physiologique à court terme sur la qualité objective ou subjective du sommeil qui serait associé aux CEM émis par les stations de base.

Danker-Hopfe, H., H. Dorn, C. Bornkessel et C. Sauter.(2010). « Do mobile phone base stations affect sleep of residents? Results from an experimental double-blind sham-controlled field study », Am J Hum Biol, 22(5):613-8.

Pour plus de renseignements, voir « Recherche – Clinique – EEG »
Sommaire>

Sommaire Complet>


Lacunes dans la gestion des risques associés aux CEM et aux lignes électriques et propositions visant à améliorer la gestion de ces risques


Cet article de synthèse passe en revue diverses questions liées à l’émission de CEM par les systèmes de communication cellulaire et autres technologies de communication utilisant les radiofréquences et examine les problèmes dans la gestion des risques. Cette analyse met en lumière l’absence de données probantes sur les risques pour la santé et souligne l’importance de pousser plus loin les recherches sur l’exposition aux RF. Le principal problème de gestion soulevé dans cet article concerne la manière de dissiper les doutes et de pallier les lacunes des preuves scientifiques – deux préoccupations du public. À titre d’exemple, les CEM/RF pourraient avoir de graves conséquences si l’on n’en tient pas compte et cette question préoccupe vivement la population; malheureusement, les données scientifiques actuellement disponibles sont très limitées. Au nombre des lacunes relevées par les auteurs durant l’énoncé des problèmes, mentionnons (1) la surévaluation et la sous-évaluation des données scientifiques, ainsi que des conséquences découlant de l’adoption de mesures de précaution; (2) la capacité limitée de détecter les signes d’alarme avant-coureurs et (3) l’accueil parfois négatif réservé aux tentatives visant à rassurer la population. Les auteurs soulignent également les mécanismes limités de participation du public et les failles dans la définition et l’évaluation des compromis au moment de sélectionner des stratégies de gestion appropriées. Les auteurs concluent que la gestion des risques associés aux CEM n’est pas sans soulever de problèmes et que l’on devrait tirer des leçons des expériences passées en vue d’améliorer la gestion de ces risques.

Kheifets, L., J. Swanson, S. Kandel et T.F. Malloy.« Risk Governance for Mobile Phones, Power Lines, and Other EMF Technologies », Risk Anal, 17 août 2010 (avant impression).

Pour plus de renseignements, voir « Bibliographie – Articles de synthèse – Général »
Sommaire>


Une étude laisse croire que l’exposition aux systèmes de téléphonie mobile GSM aurait des effets sur le système nerveux central

Cette étude visait à déterminer les effets des champs électromagnétiques (CEM) émis par les stations de téléphonie mobile GSM sur le fonctionnement du cerveau humain. Quinze participants ont été évalués sur la base des potentiels évoqués cognitifs (PEC). La latence et l’amplitude de l’onde P300 ainsi que la latence des ondes N1, N2, P2 ont aussi été analysées. Les résultats montrent que l’exposition aux CEM a influencé l’amplitude de l’onde P300. En revanche, aucune différence statistiquement significative n’a été observée dans la latence des ondes N1, N2, P2, et P300. Selon les auteurs, leurs résultats indiquent que l’exposition aux téléphones cellulaires GSM a certains effets biologiques sur le système neveux central, notamment sur les PEC de longue latence.

Bak, M., A. Dudarewicz, M. Zmyślony et M. Sliwinska-Kowalska.(2010).« Effects of GSM signals during exposure to event related potentials (ERPs) », Int J Occup Med Environ Health, 23(2):191-9.

Pour plus de renseignements, voir « Recherche – Clinique – Fonctions cognitives »
Sommaire>

Sommaire Complet>


Les CEM/RF pourraient influencer certains marqueurs du stress psychobiologique

Cette étude visait à déterminer si l’exposition aux champs électromagnétiques de radiofréquences (CEM/RF) émis par les stations de base de téléphonie mobile pouvait modifier les concentrations salivaires d’alpha-amylase, d’immunoglobuline A (IgA) et de cortisol. Au total, 57 sujets ont été soumis de façon aléatoire à un de trois scénarios d’exposition expérimentale d’une durée de 50 minutes, répétés cinq fois. Une antenne GSM de 900 MHz a été utilisée comme source de CEM/RF. Dans les scénarios 1 et 2, les première, troisième et cinquième séances ont été de « faibles » expositions. Dans le scénario 1, la deuxième séance a consisté en une exposition de « forte » intensité et la quatrième séance en une exposition « modérée »; le contraire a été utilisé dans le scénario 2. Enfin, le scénario 3 a consisté en quatre expositions de « faible » intensité suivies d’une exposition de « forte » intensité. Les paramètres ont été mesurés à partir de trois échantillons de salive prélevés durant chaque séance. Durant le scénario 3, une augmentation du taux de cortisol mesuré a été observée lorsqu’on est passé d’une exposition de faible à forte intensité. La concentration en alpha-amylase mesurée a également été plus élevée dans le scénario 3 que dans les deux autres scénarios. Les scénarios d’exposition n’ont toutefois eu aucun effet sur la concentration en IgA. Les auteurs concluent que les CEM-RF de faibles intensités pourraient altérer certains marqueurs du stress psychobiologique.

Augner, C., G.W. Hacker, G. Oberfeld, M. Florian, W. Hitzl, J. Hutter et G. Pauser. (2010).« Effects of Exposure to GSM Mobile Phone Base Station Signals on Salivary Cortisol, Alpha-Amylase, and Immunoglobulin A », Biomed Environ Sci, 23(3):199‑207.

Pour plus de renseignements, voir « Recherche – Clinique – Sécrétion d’hormones » et « Recherche – Clinique – Système immunitaire »
Sommaire>

Sommaire Complet>


Une étude montre que les implants cochléaires ont des effets négligeables sur la valeur moyenne du DAS dans la cochlée et la tête

Cette étude avait pour but d’évaluer les effets de la présence d’un implant cochléaire sur la distribution du champ électromagnétique et le débit d’absorption spécifique (DAS) dans un modèle de tête exposé à des fréquences Wi-Fi en champ lointain. Les résultats obtenus en présence et en l’absence d’implants cochléaires ont été comparés. Les résultats comparant les modèles de tête avec et sans implant cochléaire indiquent des différences locales dans la distribution du champ à proximité de l’implant. Des fluctuations négligeables dans le DAS moyen dans la cochlée et la tête ont aussi été observées en présence d’un implant. Les auteurs concluent que la présence d’un implant cochléaire ne cause que de légères fluctuations du DAS moyen dans la cochlée et la tête, fluctuations qui ne sont pas liées à la fréquence ou à la polarisation des ondes.

Parazzini, M., F. Sibella, A. Paglialonga et P. Ravazzani.« Assessment of the exposure to WLAN frequencies of a head model with a cochlear implant », Bioelectromagnetics, 3 août 2010 (avant impression).

Pour plus de renseignements, voir « Recherche – Évaluation d’exposition »
Sommaire>

Sommaire Complet>


Élaboration d’un facteur d’évaluation des impacts environnementaux des champs électromagnétiques

Cette étude avait pour but de définir un facteur qui permette d’évaluer les impacts environnementaux des champs électromagnétiques. Les auteurs cherchaient à mettre au point un facteur pour estimer le niveau d’impact des champs électromagnétiques dans une région où se trouvent des sources de CEM comme les stations de base de téléphonie mobile. Le facteur d’impact a été calculé à partir de l’intensité du champ électromagnétique. Les auteurs décrivent les paramètres importants de la distribution du champ et les hypothèses sous-jacentes utilisées pour calculer le facteur d’impact, lequel se veut un outil pour caractériser le niveau de pollution électromagnétique dans une région urbaine. Les auteurs concluent que le facteur d’impact s’est révélé un outil utile pour évaluer l’impact électromagnétique des sources environnementales existantes de CEM et qu’il pourrait être utilisé pour comparer différents emplacements proposés pour l’aménagement de nouvelles stations de base de téléphonie mobile.

Russo, P., G. Cerri et V. Vespasiani.« A numerical coefficient for evaluation of the environmental impact of electromagnetic fields radiated by base stations for mobile communications », Bioelectromagnetics, 5 août 2010 (avant impression).

Pour plus de renseignements, voir « Recherche – Évaluation d’exposition »
Sommaire>

Sommaire Complet>


L’exposition aux signaux GSM n’a pas d’incidence sur l’homéostasie du calcium dans les cellules

Quelques études précédentes avaient laissé entendre que les champs de radiofréquences du type émis par les téléphones cellulaires influencent l’homéostasie du calcium cellulaire (Ca2+). Les résultats de la présente étude montrent toutefois que les champs GSM de 900 MHz n’influencent pas l’homéostasie basale du Ca2+ et ne produisent pas de signaux Ca2+, même en présence de champs d’intensité maximale.

O'Connor, R.P., S.D. Madison, P. Leveque, H.L. Roderick et M.D. Bootman. (2010). « Exposure to GSM RF fields does not affect calcium homeostasis in human endothelial cells, rat pheocromocytoma cells or rat hippocampal neurons », PLoS One, 5(7):e11828.

Pour plus de renseignements, voir « Recherches – Laboratoire – Autres études – Sortie de calcium »
Sommaire>

Sommaire Complet>


Les téléphones cellulaires et leurs stations de base ne provoquent pas de changements cancérogènes

Les auteurs de cette étude ont évalué les effets des stations de base de téléphonie mobile sur la fréquence des micronoyaux et les aberrations chromosomiques dans le sang de personnes vivant à proximité de ces stations. Leurs résultats n’ont révélé aucune différence significative dans la fréquence des micronoyaux ou les aberrations chromosomiques.

Yildirim, M.S., A. Yildirim, A.G. Zamani et N. Okudan.(2010).« Effect of mobile phone station on micronucleus frequency and chromosomal aberrations in human blood cells », Genet Couns, 21(2):243-51.

Pour plus de renseignements, voir « Recherches – Laboratoire – Cancer »
Sommaire>


L’exposition aux champs électromagnétiques réduit le nombre de cellules de Purkinje dans le cervelet de rats femelles

Les auteurs de cette étude ont examiné les effets d’une exposition à des champs électromagnétiques de 900 MHz sur le nombre de cellules de Purkinje dans le cervelet de rats femelles âgés de 16 semaines. Les rats ont été répartis en trois groupes : groupe témoin, groupe soumis à une exposition fictive et groupe exposé à un champ électromagnétique. Les résultats montrent qu’une exposition prolongée à des champs électromagnétiques réduit le nombre de cellules de Purkinje dans le cervelet des rats femelles. Selon les auteurs, leurs résultats montrent pour la première fois une perte de cellules dans le cervelet de rats femelles après une exposition à des CEM de 900 MHz pendant 28 jours. De plus, ces résultats n’indiquent aucune diminution du poids corporel ou du poids du cerveau après une exposition postnatale chronique à des CEM de 900 MHz.

Sonmez, O.F., E. Odaci, O. Bas et  S. Kaplan.« Purkinje cell number decreases in the adult female rat cerebellum following exposure to 900MHz electromagnetic field », Brain Res, 4 août 2010 (avant impression).

Pour plus de renseignements, voir « Recherches – Laboratoire – Fonctions cérébrales »
Sommaire>

Sommaire Complet>


Effets de l’exposition au téléphone cellulaire sur les tissus cérébraux

Cette étude avait pour but d’examiner les effets de l’exposition au téléphone cellulaire sur les tissus cérébraux, ainsi que le rôle protecteur possible de la vitamine C. Les résultats montrent que l’exposition a inhibé l’activité des enzymes 5'‑nucléotidase et catalase. Selon les auteurs, ces résultats laissent croire que la vitamine C pourrait jouer un rôle protecteur contre les effets indésirables des rayonnements des téléphones cellulaires sur les tissus cérébraux.

Imge, E.B., B. Kiliçoğlu, E. Devrim, R. Cetin et I. Durak.« Effects of mobile phone use on brain tissue from the rat and a possible protective role of vitamin C - a preliminary study », Int J Radiat Biol, 10 août 2010, édition électronique (avant impression).

Pour plus de renseignements, voir « Recherches – Laboratoire – Fonctions cérébrales »
Sommaire>

Sommaire Complet>


Les radiofréquences n’ont aucun effet significatif sur les cellules de la vessie des rats

Cette étude visait à déterminer si les radiofréquences GSM modulées de 1800 MHz ont des effets sur le nombre de micronoyaux dans des cellules exfoliées de la vessie de rats, ce qui serait une indication de dommages génotoxiques. Aucune différence significative dans les cellules de la vessie de rats n’a été observée entre le groupe exposé à des rayonnements de 1800 MHz et le groupe témoin.

Gurbuz, N., B. Sirav, H.U. Yuvaci , N. Turhan, Z.K. Coskun et N. Seyhan.(2010).« Is there any possible genotoxic effect in exfoliated bladder cells of rat under the exposure of 1800 MHz GSM-like modulated radio frequency radiation (RFR)? », Electromagn Biol Med, 29(3):98-104.

Pour plus de renseignements, voir « Recherches – Laboratoire – Cancer »
Sommaire>

Sommaire Complet>


Effets des champs électromagnétiques sur les taux sériques de testostérone chez le rat

Les auteurs de cette étude ont examiné les effets des champs électromagnétiques émis par les téléphones cellulaires sur les taux sériques de testostérone chez le rat. Leurs données montrent que l’exposition aux téléphones cellulaires, à raison de 60 minutes par jour durant une période totale de trois mois, a sensiblement réduit les taux sériques de testostérone chez le rat. Ils concluent que l’exposition prolongée aux champs de radiofréquences émis par les téléphones cellulaires réduit les taux sériques de testostérone et pourrait avoir une incidence sur la santé génésique et l’état de santé en général.

Meo, S.A., A.M. Al-Drees, S. Husain, M.M. Khan et M.B Imran. (2010).« Effects of mobile phone radiation on serum testosterone in Wistar albino rats », Saudi Med J, 30(8):869-73.

Pour plus de renseignements, voir « Recherches – Laboratoire – Effets sur la reproduction »
Sommaire>

Sommaire Complet>


Effets de l’exposition aux micro-ondes sur la fécondité des rats mâles

Cette étude a évalué les effets d’une exposition aux micro-ondes sur la fécondité de rats mâles (rats mâles de 70 jours exposés deux heures par jour pendant 45 jours, selon un débit d’absorption spécifique (DAS) de 0,014 W/kg et une densité de puissance de 0,21 mW/cm2). Les données indiquent que les taux d’espèces réactives de l’oxygène, d’histone kinase et de cellules apoptotiques ainsi que le taux d’activité enzymatique ont fluctué beaucoup plus dans le groupe exposé que dans le groupe soumis à une exposition fictive. Les auteurs concluent que les micro-ondes ont un effet significatif sur le profil de reproduction des rats mâles, ce qui constitue un facteur de causalité de la stérilité mâle.

Kumar, S., K.K. Kesari et J. Behari.« Influence of microwave exposure on fertility of male rats », Fertil Steril, 17 juin 2010 (avant impression).

Pour plus de renseignements, voir « Recherches – Laboratoire – Effets sur la reproduction »
Sommaire>

Sommaire Complet>


Effets tumorigènes des radiofréquences

Cette étude avait pour but d’évaluer les effets génétiques des radiofréquences sur des rats Wistar mâles. Les résultats indiquent des différences importantes dans des paramètres du stress oxydatif, selon que le groupe a été soumis à une exposition réelle (radiofréquences) ou fictive. Les auteurs concluent que les micro-ondes pourraient avoir des effets génétiques en influençant la formation de micronoyaux et en causant une surproduction d’espèces réactives de l’oxygène.

Kumar, S., K.K. Kesari et J. Behari. (2010). « Evaluation of genotoxic effects in male Wistar rats following microwave exposure », IJEB, 48(06):586-592.

Pour plus de renseignements, voir « Recherches – Laboratoire – Cancer »
Sommaire>

Sommaire Complet>


Examen des risques de cancer associés aux radiofréquences émises par les téléphones cellulaires
Les auteurs de cette analyse documentaire passent en revue les plus récentes études épidémiologiques examinant les liens entre, d’une part, l’utilisation du téléphone cellulaire et la présence de stations de base et, d’autre part, le risque de tumeurs. Les auteurs sont d’avis que leurs résultats mettent en doute la pertinence des limites actuelles de sécurité associées à l’exposition aux champs électromagnétiques chez les humains, car ces limites sont basées uniquement sur les mécanismes thermiques des effets biologiques. Cette analyse présente les plus récentes données expérimentales qui indiquent d’importants changements métaboliques dans des cellules vivantes exposées à des CEM de faible intensité (non thermiques), notamment une surproduction d’espèces réactives de l’oxygène, l’expression de protéines de choc thermique, des dommages à l’ADN et une apoptose. Les auteurs concluent que des mesures doivent être prises afin de limiter l’exposition aux CEM excessifs.

Yakymenko, I. et E. Sidorik. (2010).« Risks of carcinogenesis from electromagnetic radiation of mobile telephony devices », Exp Oncol, 32(2):54-60.

Pour plus de renseignements, voir « Bibliographie – Articles de synthèse – Cancer »
Sommaire>


 

Accueil             Liens              Carte du site               Contacez-Nous
© Centre McLaughlin Centre d'évaluation du risque pour la santé des populations