J


     
 

septembre 2010

L’exposition professionnelle aux micro-ondes émises par les radars de navigation maritime pourrait être une cause d’altérations génétiques et cellulaires

Cette étude avait pour but d’évaluer le risque de dommages cytogénétiques et de stress oxydatif chez les travailleurs exposés aux micro-ondes pulsées (3 GHz, 5,5 GHz et 9,4 GHz) émises par les radars de navigation maritime. Les auteurs ont évalué les dommages cytogénétiques à l’aide de plusieurs tests cytogénétiques sur des lymphocytes du sang périphérique. Les taux de glutathion et de malonaldéhyde ont été mesurés pour évaluer les dommages oxydatifs. Les sujets étaient constitués d’un groupe de 29 travailleurs exposés qui avaient donné du sang (période d’exposition de 10 ans ± 0,76 an) et d’un groupe de témoins appariés. Des différences statistiquement significatives dans les paramètres du test des comètes et ceux du test des micronoyaux ont été observées entre les sujets exposés et les témoins, ce qui indique que des altérations cytogénétiques se sont produites après l’exposition aux micro-ondes. La concentration de glutathion mesurée dans le groupe exposé a été nettement moindre que dans le groupe témoin (0,53 c. 1,24), alors que la concentration en malonaldéhyde a été nettement plus élevée (3,17 c. 1,74), ce qui n’a rien d’étonnant lorsqu’il y a stress oxydatif. Selon les auteurs, leurs résultats laissent croire que l’exposition professionnelle à des micro-ondes pulsées pourrait causer des altérations génétiques et cellulaires. Le stress oxydatif pourrait également être un facteur dans les dommages à l’ADN et les lésions cellulaires.

Garaj-Vrhovac, V., G. Gajski, S. Pažanin, A. Sarolić, A.M. Domijan, D. Flajs, M. Peraica.« Assessment of cytogenetic damage and oxidative stress in personnel occupationally exposed to the pulsed microwave radiation of marine radar equipment », Int J Hyg Environ Health, 9 septembre 2010 (avant impression).

Pour plus de renseignements, voir « Recherche – Épidémiologique – Études sur le personnel militaire »
Sommaire>

Sommaire Complet>

Un examen systématique n’établit aucun lien entre les radiofréquences émises par les téléphones cellulaires et la manifestation d’effets cognitifs et psychomoteurs

Cet examen systématique et cette méta-analyse passent en revue les recherches qui ont été publiées depuis 1999 sur les effets des champs de radiofréquences (RF) sur la fonction cognitive et la performance chez les humains. Les données ont été analysées en fonction de la différence moyenne normalisée utilisée comme indicateur de l’ampleur de l'effet. Une hétérogénéité significative n’a été observée que pour trois tâches et, après exclusion des études comportant de grandes différences moyennes normalisées, les résultats n’étaient plus statistiquement significatifs. Les auteurs concluent qu’il n’a pu être démontré que les radiofréquences émises par les téléphones cellulaires pourraient avoir des effets cognitifs et psychomoteurs. Cependant, les biais de commandite et de publication devraient inciter l’Organisation mondiale de la Santé à établir des normes et des lignes directrices officielles pour guider les recherches.

Valentini, E., M. Ferrara, F. Presaghi, L.D. Gennaro et G. Curcio. (2010). « Systematic review and meta-analysis of psychomotor effects of mobile phone electromagnetic fields », Occup Environ Med, 67(10):708-16.

Pour plus de renseignements, voir « Bibliographie – Articles de synthèse – Conduite »
Sommaire>

Sommaire Complet>


L’exposition à long terme au téléphone cellulaire n’a aucun effet sur les paramètres physiologiques et hématologiques


Cette étude visait à déterminer les effets d’une exposition à long terme au téléphone cellulaire sur certains paramètres physiologiques et hématologiques et sur le profil lipidique. Les auteurs ont également évalué les effets d’un appel téléphonique sur la fréquence cardiaque, la tension artérielle et le taux (%) de saturation en oxygène (SaO2) chez des étudiants en médecine de sexe masculin. Deux groupes d’étude ont été formés : le groupe I était constitué de 22 étudiants en médecine de première année qui n’avaient jamais été exposés au téléphone cellulaire avant cette étude et le groupe II incluait 35 étudiants de quatrième année ayant utilisé un téléphone cellulaire pendant plus de quatre ans avant l’étude. Bien que les résultats n’aient révélé aucune différence significative entre les deux groupes, un appel (fréquence de 900 MHz pendant une minute) a provoqué une élévation marquée de la fréquence cardiaque maximale dans le groupe II et non dans le groupe I, ainsi qu’une baisse marquée de la SaO2 maximale (%) dans le groupe I par rapport au groupe II. Le profil lipidique a aussi été sensiblement plus élevé dans le groupe II que dans le groupe I.

Parkar, M.A., R. Ahmed, B.B. Abdullah, B.S. Patil et K.K. Das. (2010). « Effect of cell phone exposure on physiologic and hematologic parameters of male medical students of Bijapur (Karnataka) with reference to serum lipid profile », J Basic Clin Physiol Pharmacol, 21(2):201-10.

Pour plus de renseignements, voir « Recherche – Clinique – Effets sur le système cardiovasculaire »
Sommaire>

Sommaire Complet>


Des résultats ne semblent établir aucun lien entre l’exposition aux signaux TETRA et les symptômes signalés par les utilisateurs sensibles


Les réseaux radioélectriques terrestres à ressources partagées (TETRA) sont des réseaux mobiles numériques dont les signaux sont émis par le combiné de l’utilisateur (impulsions d’une fréquence de 17,6 Hz). Cette étude visait à déterminer si l’exposition aux signaux TETRA provoque des symptômes aigus chez les utilisateurs réguliers de ce réseau. Deux groupes de 60 participants (sensibles et non sensibles) ont été soumis à trois expositions différentes (ondes de type TETRA, ondes entretenues et exposition fictive) dans le cadre d’une étude contrôlée randomisée à double insu. Des données de référence ont été recueillies sur les deux groupes, notamment des données démographiques, ainsi que des données sur la manifestation de 50 symptômes au cours du mois précédent et leur cause (ces symptômes étaient-ils attribués au réseau TETRA?). Les auteurs ont ensuite évalué la gravité de huit symptômes durant et après chaque exposition ainsi que l’humeur des participants et ils ont cherché à savoir si les participants pouvaient indiquer dans quelle séance il y avait eu exposition à des signaux actifs. Les résultats indiquent que l’exposition à des signaux en ondes entretenues a causé une augmentation de l’intensité des maux de tête chez tous les participants, de la fatigue chez les participants non sensibles, ainsi qu’une difficulté à se concentrer chez les participants sensibles. Ces effets n’ont pas été observés chez les sujets exposés à des impulsions de 16 Hz et la correction des données en fonction de multiples comparaisons a éliminé la plupart des effets significatifs. Les auteurs concluent que l’exposition aux signaux TETRA n’est pas responsable des symptômes signalés par certains utilisateurs; les signaux en ondes entretenues pourraient toutefois avoir une incidence sur les symptômes.

Nieto-Hernandez, R., J. Williams, A.J. Cleare, S. Landau, S. Wessely et G.J. Rubin.« Can exposure to a terrestrial trunked radio (TETRA)-like signal cause symptoms? A randomised double-blind provocation study », Occup Environ Med, 23 septembre 2010 (avant impression).

Pour plus de renseignements, voir « Recherche – Clinique – Général »
Sommaire>

Sommaire Complet>


Des résultats confirment que l’exposition aux RF augmente les ondes dans le rythme alpha de l’EEG durant le sommeil


Cette étude avait pour but d’évaluer les effets de l’exposition à des champs de radiofréquences (GSM) de 884 MHz sur l’autoévaluation de la somnolence et sur les mesures objectives de l’EEG durant le sommeil. Au total, 48 sujets ont été soumis à une exposition réelle ou fictive pendant trois heures avant leur sommeil, ainsi qu’après une polysomnographie durant toute la nuit. Les résultats montrent que les stades 3 et 4 du sommeil ont été 12 % plus courts alors que le stade 2 a été 4 % plus long chez les sujets réellement exposés à des RF que dans le groupe d’exposition fictive. Cette étude n’a révélé aucune différence entre les témoins et les sujets qui s’étaient plaints par le passé de symptômes reliés au téléphone cellulaire. Selon les auteurs, leurs résultats indiquent que l’exposition aux RF augmente les ondes dans le rythme alpha de l’EEG durant le sommeil, ce qui a des effets modérés sur le sommeil.

Lowden, A., T. Akerstedt, M. Ingre, C. Wiholm, L. Hillert, N. Kuster, J.P. Nilsson et B. Arnetz.« Sleep after mobile phone exposure in subjects with mobile phone-related symptoms », Bioelectromagnetics, 20 septembre 2010 (avant impression).

Pour plus de renseignements, voir « Recherche – Clinique – Général »
Sommaire>

Sommaire Complet>


Modestes corrélations entre l’usage autodéclaré du téléphone cellulaire et l’usage selon les relevés de facturation : variabilité importante due au biais de mémoire


Cette étude avait pour but d’établir une comparaison rétrospective entre l’usage autodéclaré du téléphone cellulaire sur un questionnaire et l’usage établi à partir des données de facturation. Les données estimatives sur l’usage du cellulaire ont été obtenues de 60 participants. Le nombre moyen et le nombre médian d’appels, ainsi que la durée d’utilisation et les coefficients de corrélation, ont été analysés. Les résultats indiquent que la durée moyenne des appels établie à partir des réponses au questionnaire a été inférieure à la durée basée sur les données de facturation (2,1 min c. 2,8 min ; = 0,01), alors que le nombre moyen d’appels par jour a été plus élevé (7,9 c. 4,1; = 0,002). Les coefficients de corrélation (nombre moyen de minutes/jour; appels/jour) de l’utilisation du téléphone cellulaire ont été respectivement de 0,71 et 0,69 (< 0,001). Les réponses sur l’utilisation mensuelle ont été plus exactes que celles portant sur l’usage hebdomadaire ou sur l’usage quotidien autodéclaré. Les auteurs concluent que la variabilité observée entre les études, de même qu’à l’intérieur d’une même étude, montre qu’il faut utiliser dans la mesure du possible une source de données plus fiable que le questionnaire, par exemple les relevés de facturation.

Shum, M., M.A. Kelsh, A.R. Sheppard et K. Zhao. « An evaluation of self-reported mobile phone use compared to billing records among a group of engineers and scientists », Bioelectromagnetics, 20 septembre 2010 (avant impression).

Pour plus de renseignements, voir « Recherche – Évaluation d’exposition »
Sommaire>

Sommaire Complet>


Variation considérable du DAS dans un modèle fantôme masculin entre un milieu réfléchissant et l’espace libre


Cette étude visait à appuyer l’élaboration de la norme PT62232 de la CEI en tenant compte des milieux réfléchissants, et plus précisément à évaluer de façon numérique les écarts entre le débit d’absorption spécifique (DAS) corps entier et la moyenne spatiale du DAS maximal localisé dans un modèle virtuel hétérogène placé devant l’antenne d’une station de base dans un milieu réfléchissant. Le modèle fantôme masculin a été placé à quatre distances différentes (30 cm, 1 m, 3 m et 10 m) devant les antennes de six stations de base qui émettaient des fréquences de 300 MHz, 450 MHz, 900 MHz, 2,1 GHz, 3,5 GHz et 5,0 GHz. Trois milieux réfléchissants ont aussi été utilisés : (1) paroi parfaitement conductrice; (2) sol parfaitement conducteur et (3) sol parfaitement conducteur et paroi. Le DAS dans le modèle a été mesuré à l’aide du logiciel de résolution électromagnétique Semcad‑X 3D par la méthode des différences finies dans le domaine temporel (FDTD) en utilisant 72 configurations différentes. Le rapport entre le DAS dans le modèle masculin (en milieu réfléchissant) et le DAS dans l’espace libre a varié de ‑8,7 dB à 8,0 dB. Les auteurs concluent que l’absorption corps entier et l’absorption localisée dans un modèle masculin varie considérablement selon qu’il s’agit d’un milieu réfléchissant ou d’un espace libre.

Vermeeren, G., M.C. Gosselin, S. Kühn, V. Kellerman, A. Hadjem, A. Gati, W. Joseph, J. Wiart, F. Meyer, N. Kuster et L. Martens. (2010). « The influence of the reflective environment on the absorption of a human male exposed to representative base station antennas from 300 MHz to 5 GHz », Phys Med Biol, 55(18):5541-55.

Pour plus de renseignements, voir « Recherche – Évaluation d’exposition »
Sommaire>

Sommaire Complet>


Étude du niveau de puissance de sortie des téléphones cellulaires GSM utilisés au Nigeria


Cette étude avait pour but de déterminer les niveaux de puissance de sortie des radiofréquences (RF) émises par les combinés GSM utilisés couramment au Nigeria, ainsi qu’à comparer ces niveaux de puissance aux limites de sécurité établies. Plus de 1 100 téléphones cellulaires ont été testés à l’aide d’un indicateur de RF (Electrosmog, États-Unis). Les résultats obtenus ont varié de 1,294 W/m2 (modèle Siemens R228) à un maximum de 16,813 W/m2 (modèle Samsung C140) et ils ont été comparés à la valeur de référence (9 W/m2) établie par la Commission internationale de protection contre les rayonnements non ionisants (CIPRNI). Les données pour les téléphones sans fil indiquent une puissance de sortie très faible. Les auteurs concluent que la population de l’État du Lagos au Nigeria pourrait être exposée à des risques dus à une exposition importante aux RF émises par les appareils GSM, dont un certain nombre ont une puissance supérieure aux limites fixées par la CIPRNI. Dans la plupart des cas, l’intensité des RF à proximité des mâts d’antenne de radio et de télévision se situait dans les limites acceptables.

Aweda, M.A., A.T. Ajekigbe, A.Z. Ibitoye, B.O. Evwhierhurhoma et O.B. Eletu.(2009).« Potential health risks due to telecommunications radiofrequency radiation exposures in Lagos State Nigeria », Nig Q J Hosp Med, 19(1):6-14.

Pour plus de renseignements, voir « Recherche – Évaluation d’exposition »
Sommaire>

Sommaire Complet>

L’exposition à des champs de radiofréquences pourrait induire des réponses auto-immunes
Cette étude avait pour but de confirmer des données antérieures sur les effets d’une exposition à une fréquence de 2 450 MHz sur les processus immunologiques et la tératologie chez le rat. Les résultats des analyses immunologiques ont partiellement confirmé les résultats obtenus par des groupes de recherche soviétiques, qui faisaient état d’une induction possible de réponses auto-immunes et de réactions au stress, sept jours après une exposition à des champs de radiofréquences.

Grigoriev, Y.G., O.A. Grigoriev, A.A. Ivanov, A.M. Lyaginskaya, A.V. Merkulov, N.B Shagina, V.N. Maltsev, P. Lévêque, A.M. Ulanova, V.A. Osipov et A.V. Shafirkin.« Confirmation studies of Soviet research on immunological effects of microwaves: Russian immunology results », Bioelectromagnetics, 20 septembre 2010 (avant impression).

Pour plus de renseignements, voir « Recherches – Laboratoire – Autres études – Système immunitaire »
Sommaire>

Sommaire Complet>


Aucun effet cytogénétique direct associé au système GSM


Les auteurs de cette étude cherchaient à déterminer si l’exposition à des radiofréquences comparables à celles émises par les systèmes GSM provoque des effets génotoxiques dans des cellules humaines en culture. Aucun effet cytogénétique direct n’a été observé après une exposition à des fréquences GSM-900.

Bourthoumieu, S., V. Joubert, B. Marin, A. Collin, P. Leveque, F. Terro et C. Yardin.« Cytogenetic Studies in Human Cells Exposed In Vitro to GSM-900 MHz Radiofrequency Radiation Using R-Banded Karyotyping », Radiat Res, 20 septembre 2010 (avant impression).

Pour plus de renseignements, voir « Recherches – Laboratoire – Cancer »
Sommaire>

Sommaire Complet>

Effets histopathologiques des champs de radiofréquences modulés par impulsions sur la thyroïde

Les auteurs de cette étude ont examiné les effets histopathologiques possibles de champs de radiofréquences (RF) modulés par impulsions sur la thyroïde. Ils ont constaté que l’exposition corps entier à des rayonnements RF modulés par impulsions, comparables à ceux émis par les téléphones cellulaires GSM, pouvait causer des changements pathologiques dans la thyroïde, en altérant la structure de la glande et en stimulant l’apoptose dépendante de la caspase.

Eşmekaya, M.A., N. Seyhan et S. Omeroğlu.« Pulse modulated 900 MHz radiation induces hypothyroidism and apoptosis in thyroid cells: A light, electron microscopy and immunohistochemical study », Int J Radiat Biol, 1er septembre 2010 (avant impression).

Pour plus de renseignements, voir « Recherches – Laboratoire – Autres études – Mort cellulaire (apoptose) »
Sommaire>

Sommaire Complet>


Dommages oxydatifs dans le foie de cobayes exposés à des radiofréquences


Les auteurs de cette étude ont examiné les dommages oxydatifs et l’activité des enzymes antioxydantes dans le foie de cobayes exposés à des champs de radiofréquences comparables à ceux produits par les téléphones cellulaires. Leurs données montrent que des rayonnements comparables à ceux émis par les téléphones cellulaires produisent des dommages oxydatifs et des changements dans l’activité des enzymes antioxydantes dans le foie.

Ozgur, E., G. Güler et N. Seyhan.« Mobile phone radiation-induced free radical damage in the liver is inhibited by the antioxidants n-acetyl cysteine and epigallocatechin-gallate », Int J Radiat Biol, 1er septembre 2010 (avant impression).

Pour plus de renseignements, voir « Recherches – Laboratoire – Autres études – Radicaux libres »
Sommaire>

Sommaire Complet>



La signalisation dans l’activation microgliale induite par les CEM


Les auteurs de cette étude ont examiné le rôle de la signalisation par STAT3 dans l’activation microgliale induite par les CEM et les réponses pro-inflammatoires. Ils ont constaté que les CEM induisent une forte phosphorylation de JAK2 et de STAT3 et influencent la capacité de fixation à l’ADN de STAT3 dans les cellules microgliales N9.

Yang, X., G. He, Y. Hao, C. Chen, M. Li, Y. Wang, G. Zhang et Z. Yu. « The role of the JAK2-STAT3 pathway in pro-inflammatory responses of EMF-stimulated N9 microglial cells », J Neuroinflammation, 9 septembre 2010, 7(1):54 (avant impression).

Pour plus de renseignements, voir « Recherches – Laboratoire – Fonctions cérébrales »
Sommaire>

Sommaire Complet>



Analyse documentaire des effets cancérogènes des champs électromagnétiques


Cet article de synthèse avait pour but d’évaluer les effets cancérogènes des champs électromagnétiques (CEM) chez les humains. La plupart des résultats des études épidémiologiques montrent que l’utilisation du téléphone cellulaire pendant moins de dix ans ne semble pas accroître le risque de tumeurs cérébrales ou de névrome acoustique. Les auteurs notent toutefois que les données sur l’usage à long terme comportent des lacunes et que les conclusions demeurent incertaines. Ils soulignent également l’importance de poursuivre les recherches, en raison des liens significatifs établis entre les CEM et l’apparition de cancer.

Bayazit, V., B. Bayram, Z. Pala et O. Atan.(2010). « Evaluation of carcinogenic effects of electromagnetic fields (EMF) », Bosn J Basic Med Sci, 10(3):245-50.

Pour plus de renseignements, voir « Bibliographie – Articles de synthèse – Conduite »
Sommaire>


Analyse documentaire des effets non thermiques des micro-ondes sur les cellules épithéliales du cristallin


Cette analyse inclut des recherches examinant les effets biologiques de micro-ondes de faible intensité sur le cristallin et les cellules épithéliales du cristallin. Ces études montrent que l’exposition aux champs de radiofréquences (RF) influence la transparence du cristallin, la prolifération cellulaire et l’apoptose, bloque les communications intercellulaires à la jonction communicante et cause une instabilité génétique et des réactions de stress dans les cellules épithéliales du cristallin. Selon les auteurs, leurs résultats soulèvent la possibilité qu’un environnement micro-ondes pourrait provoquer des effets non thermiques dans le cristallin.

Yu, Y. et K. Yao.(2010). « Non-thermal cellular effects of lowpower microwave radiation on the lens and lens epithelial cells », J Int Med Res, 38(3):729-36.

Pour plus de renseignements, voir « Bibliographie – Articles de synthèse – Général »
Sommaire>


Costa, A., V. Branca, C. Minoia, P.D. Pigatto et G. Guzzi.« Comment on: Heavy metals exposure and electromagnetic hypersensitivity », Sci Total Environ, 408(20):4919-20.

Pour plus de renseignements, voir « Recherche – Clinique – Général »
Sommaire>


Ghezel-Ahmadi, D. (2010). « Response to Costa et al. Heavy metals exposure and electromagnetic hypersensitivity », Sci Total Environ, 408(20):4921.

Pour plus de renseignements, voir « Recherche – Clinique – Général »
Sommaire>j

Liu, Y.P. et G.R. Yu.(2010). « Comment on: Bone mineral density and mobile phones », J Craniofac Surg, 21(3):943.


 

Accueil             Liens              Carte du site               Contacez-Nous
© Centre McLaughlin Centre d'évaluation du risque pour la santé des populations