J


     
 


novembre
2009

Résultats d’une méta-analyse menée en 2008 sur l’usage du téléphone cellulaire et le risque de tumeurs

Les auteurs ont fait une méta-analyse de 23 études cas-témoin publiées jusqu’en août 2008 et réunissant au total 37 916 participants, pour déterminer si l’usage du téléphone cellulaire était associé à un risque de tumeurs. Les résultats de la méta-analyse à effets aléatoires, compilés par deux évaluateurs indépendants, n’indiquent aucun risque en ce qui a trait à l’usage global (ratio d’incidence approché (OR) = 0,98; IC 95 % = 0,89-1,07). Dans le cas d’un usage sur dix ans et plus, treize études ont associé l’usage du téléphone cellulaire à un risque de tumeurs (OR = 1,18; IC 95 % = 1,04-1,34). Les auteurs concluent que leur analyse indique un lien possible entre l’usage du téléphone cellulaire et l’augmentation du risque de tumeurs pour les études cas-témoin à faible biais et soulignent l’importance de mener des études de cohortes prospectives car celles-ci permettent d’obtenir des données d’un niveau supérieur.

Myung, S.K., W. Ju, D.D. McDonnell, Y.J. Lee, G.  Kazinets, C.T. Cheng et J.M. Moskowitz. « Mobile phone use and risk of tumors: A meta-analysis »,  J Clin Oncol (avant impression), 13 oct. 2009.

Pour plus de renseignements, voir « Recherche – Épidémiologique – Études de téléphone cellulaire »
Sommaire>

Sommaire Complet>


Avantages et risques liés à l’utilisation du téléphone cellulaire par les jeunes patients hospitalisés

Cette étude avait pour but de recueillir des données sur l’usage du téléphone cellulaire par les jeunes patients hospitalisés, ainsi que les commentaires des infirmières et des patients sur les avantages de l’utilisation de ces appareils. Cette expérience qualitative a été menée auprès de 50 jeunes admis à l’hôpital général de district pendant quatre semaines consécutives. Des questionnaires distincts ont été remis aux patients et aux neuf infirmières. Les résultats indiquent que la majorité des jeunes ont eu accès à un téléphone cellulaire durant leur séjour à l’hôpital ; 30 % d’entre eux ont été informés qu’ils pouvaient faire des appels et, parmi ceux-ci, 75 % ont utilisé leur appareil pour appeler ou envoyer des messages texte. Toutes les infirmières ont déclaré qu’elles trouvaient utile que les jeunes puissent utiliser leur cellulaire pour communiquer avec leurs proches. Les auteurs concluent que, comme les jeunes ont des besoins sociaux différents de ceux des enfants plus jeunes, des règles plus souples devraient être instaurées pour permettre à ces patients d’utiliser le téléphone cellulaire en milieu hospitalier, car les avantages l’emportent sur les risques potentiels.

Bell, J., F. Finlay et A. Baverstock (2009).« Mobile phone use on a young person’s unit », Paediatr Nurs, 21(7): 14-18.

Pour plus de renseignements, voir « Recherche – Épidémiologique – Études de téléphone cellulaire »
Sommaire>

Sommaire Complet>


Une étude n’établit aucun lien entre l’usage du téléphone cellulaire à proximité du cœur et la manifestation d’effets sur la fréquence cardiaque, la tension artérielle et l’activité électrique du cœur chez les humains

Cette prospective menée auprès de 24 sujets volontaires en bonne santé avait pour but de déterminer si un téléphone cellulaire placé près du cœur pouvait altérer l’activité électrique du cœur. La variabilité de la fréquence cardiaque, l’électrocardiogramme (ECG) et la tension artérielle ont été utilisés comme indicateurs des variations de la fonction cardiaque. Au départ, l’ECG et la tension artérielle ont été enregistrés dans trois situations différentes : sans téléphone cellulaire près du cœur, avec un téléphone cellulaire (en mode arrêt) et avec un téléphone cellulaire qui sonnait. Puis, des enregistrements ont été obtenus pendant 30 minutes, avec et sans téléphone cellulaire près du cœur. Les résultats n’indiquent aucune différence statistiquement significative entre les paramètres mesurés dans les différentes situations et différents modes (marche ou arrêt). Les auteurs concluent que le téléphone cellulaire n’a aucun effet sur la fréquence cardiaque, la tension artérielle et l’activité électrique du cœur chez des adultes en bonne santé.

Tamer, A., H. Gündüz et S. Ozyildirim (2009). « The cardiac effects of a mobile phone positioned closest to the heart », Anadolu Kardiyol Derg, 9(5): 380-4.

Pour plus de renseignements, voir « Recherche – Clinique – Effets sur le système cardiovasculaire »
Sommaire>

Sommaire Complet>


La densité minérale osseuse des sujets exposés aux CEM est légèrement inférieure à celle des sujets non exposés, mais la baisse n’est pas aussi marquée que dans les cas d’ostéopénie ou d’ostéoporose

L’objectif de cette étude était d’évaluer les effets des champs de radiofréquences (RF) de 900 et  1 800 MHz émis par les téléphones cellulaires sur la densité minérale de l’os iliaque (hanche) chez l’humain. Au total, 150 sujets masculins volontaires âgés en moyenne de 32 ans ont été répartis en deux groupes, selon que la hanche était exposée (groupe 1) ou non exposée (groupe 2) aux RF. Les participants ont porté leur téléphone cellulaire sur leur hanche environ 15 heures par jour pendant une durée moyenne de six ans. Les valeurs moyennes de l’absorptiométrie à rayons X en double énergie du groupe 1 ont été légèrement inférieures à celles du groupe 2, mais aucune différence statistiquement significative n’a été observée entre les deux groupes. Selon les auteurs, les données laissent croire que la prise en considération de l’usage du téléphone cellulaire durant les greffes d’os iliaque pourrait peut-être améliorer les résultats.

Atay, T., B.A. Aksoy, N.H. Aydogan, M.L. Baydar, M. Yildiz et R. Ozdemir (2009). « Effect of electromagnetic field induced by radio frequency waves at 900 to 1800 MHz on bone mineral density of iliac bone wings », J Craniofac Surg, 20(5): 1556-60.

Pour plus de renseignements, voir « Recherche – Clinique »
Sommaire>

Sommaire Complet>



Les mesures de l’exposition aux CEM dans les chambres à coucher sont en deçà des normes de la Commission internationale (CIPRNI)

Cette étude avait pour but d’évaluer l’exposition totale aux champs électromagnétiques (CEM) [champs électrostatiques, champs électriques de fréquences extrêmement basses (CE-ELF), champs magnétiques de fréquences extrêmement basses (CM-ELF) et CEM-RF) à proximité du lit, dans 226 résidences de Basse-Autriche. Les méthodes de réduction de l’exposition ont aussi été évaluées. Les mesures obtenues ont toutes été bien en deçà des normes de la CIPRNI. Selon les résultats, les CE-ELF les plus élevés ont été produits par les lampes de chevet, les CM-ELF les plus élevés ont été attribués aux transformateurs et aux lignes électriques et les CEM-RF les plus élevés ont été émis par les systèmes DECT et les stations de base de téléphonie cellulaire.

Tomitsch, J., E. Dechant et M. Frank.« Survey of electromagnetic field exposure in bedrooms of residences in lower Austria », Bioelectromagnetics (avant impression), 24 sept. 2009.

Pour plus de renseignements, voir « Recherche – Évaluation d’exposition »
Sommaire>

Sommaire Complet>



Modèle géospatial pour prévoir l’exposition aux champs de radiofréquences provenant des émetteurs fixes de téléphonie cellulaire, de radio et de télévision

Le but de cette étude était de modifier un modèle existant pour y inclure l’exposition ambiante et prévoir, dans le cadre d’études épidémiologiques, l’exposition aux champs de radiofréquences provenant d’un certain nombre de sites émetteurs. Les estimations faites avec le modèle actuel sont établies à partir de paramètres précis portant sur toutes les stations de base de téléphonie mobile, de radiodiffusion et de télévision situées dans la région urbaine et la banlieue de Bâle, en Suisse. L’exactitude du modèle a été déterminée à partir de corrélations et d’analyses statistiques Kappa entre les valeurs obtenues avec le modèle et les mesures réelles mesurées dans la rue, à l’intérieur des résidences des sujets volontaires et devant les fenêtres de ces résidences. Des coefficients de corrélation de 0,64, 0,66 et 0,67 ont été obtenus, respectivement pour les valeurs mesurées dans la rue, à l’intérieur des résidences et devant les fenêtres. Les auteurs concluent que le modèle offre une précision comparable à l’intérieur et à l’extérieur, mais que d’importantes simplifications devraient lui être apportées.

Bürgi, A., P. Frei, G. Theis, E. Mohler, C. Braun-Fahrländer, J. Fröhlich, G. Neubauer, M. Egger et M. Röösli. « A model for radiofrequency electromagnetic field predictions at outdoor and indoor locations in the context of epidemiological research », Bioelectromagnetics (avant impression), 15 oct. 2009.

Pour plus de renseignements, voir « Recherche – Évaluation d’exposition »
Sommaire>

Sommaire Complet>



Modèle utile et pratique pour prévoir l’exposition personnelle aux CEM-RF en vue d’évaluer l’exposition moyenne sur plusieurs mois

Cette recherche visait à mettre au point un modèle de prévision de l’exposition moyenne aux CEM-RF émis par diverses sources, qui pourrait être utilisé auprès de vastes populations dans le cadre d’études épidémiologiques. L’exposition personnelle aux CEM-RF durant une semaine a été mesurée à l’aide d’exposimètres individuels chez 166 sujets volontaires de Bâle, en Suisse. Les résultats ont été validés par des mesures répétées de l’exposition chez 31 participants, 21 semaines après les mesures initiales. Au nombre des prédicteurs pertinents de l’exposition inclus dans le modèle, mentionnons la valeur modélisée du CEM-RF à l’intérieur des résidences établie à partir du modèle de propagation, les caractéristiques du logement, le fait de posséder des appareils de communication (réseau local sans fil, téléphones cellulaires et sans fil) ainsi que certains aspects liés au comportement (p. ex., temps passé dans les transports en commun). L’analyse de concordance entre les valeurs calculées et mesurées du CEM-RF a une sensibilité de 0,56 et une spécificité de 0,95. Les auteurs concluent qu’ils ont démontré la faisabilité d’un modèle pour évaluer l’exposition personnelle aux CEM-RF et que ce modèle pourrait être utile pour déterminer l’exposition moyenne aux RF sur plusieurs mois.

Frei, P., E. Mohler, A. Bürgi, J. Fröhlich, G. Neubauer, C. Braun-Fahrländer, M. Röösli et l’équipe QUALIFEX. « A prediction model for personal radio frequency electromagnetic field exposure », Sci Total Environ (avant impression), 9 oct. 2009.

Pour plus de renseignements, voir « Recherche – Évaluation d’exposition »
Sommaire>

Sommaire Complet>



L’exposition aux champs électromagnétiques pourrait altérer les fonctions cérébrales

Cette étude avait pour but d’évaluer les effets des rayonnements des champs électromagnétiques (CEM) sur l’humeur du sujet et sa capacité d’apprendre. Les résultats des tests de mémoire spatiale et l’évaluation morphologique du cerveau n’ont révélé aucune différence significative entre les groupes. Certains animaux exposés ont toutefois présenté une diminution de l’activité locomotrice, une augmentation du toilettage et une tendance à la hausse des taux de corticostérone de base.

Daniels, W.M., I.L. Pitout, T.J. Afullo et M.V. Mabandla. « The effect of electromagnetic radiation in the mobile phone range on the behavior of
the rat 
», Metab Brain Dis (avant impression), 13 oct. 2009.

Pour plus de renseignements, voir « Recherches – Laboratoire – Fonctions cérébrales »
Sommaire>

Sommaire Complet>



Les signaux GSM pourraient altérer l’intégrité de l’ADN

Dans le cadre d’une étude précédente, les auteurs avaient conclu qu’une exposition d’une heure à des ondes sinusoïdales modulées en amplitude de 1,8 GHz (GSM = 217 Hz; DA= 2 W/kg) n’avait pas augmenté le taux de dommages à l’ADN primaire dans la lignée cellulaire HTR‑8/SVneo dérivée de trophoblastes humains. Dans l’étude actuelle, un signal similaire a provoqué une hausse significative des paramètres des comètes dans les cellules de trophoblastes après des expositions de 16 et  24 heures, tandis que l’onde continue non modulée a été inefficace. Les résultats laissent croire qu’un système de communications haute fréquence et qu’un schéma de modulation caractéristique des signaux GSM pourraient altérer l’intégrité de l’ADN. 

Franzellitti, S., P. Valbonesi, N. Ciancaglini, C. Biondi, A. Contin, F. Bersani et E. Fabbri. « Transient DNA damage induced by high frequency electromagnetic fields (GSM 1.8 GHz) in the human trophoblast HTR-8/SVneo cell line evaluated with the alkaline Comet assay », Mutat Res (avant impression), 9 oct. 2009.

Pour plus de renseignements, voir « Recherches – Laboratoire – Cancer »
Sommaire>

Sommaire Complet>



Impacts des radiofréquences sur les dommages à l’ADN et la réparation de l’ADN

Dans le cadre de cette étude, un test des comètes a été utilisé pour déterminer si les radiofréquences (RF) de 1,8 GHz, à un DAS de 2 W/kg, peuvent influencer la réparation de l’ADN dans les cellules lymphoblastoïdes B humaines exposées à diverses doses de doxorubicine (DOX). Les résultats obtenus montrent que les RF n’ont pas provoqué de dommages directs à l’ADN des cellules lymphoblastoïdes B humaines; la DOX peut toutefois provoquer d’importants dommages à l’ADN de ces cellules, selon une relation dose-effet.

Zhijian, C., L. Xiaoxue, L. Yezhen, C. Shijie, J. Lifen, L. Jianlin, L. Deqiang et H. Jiliang. « Impact of 1.8-GHz radiofrequency radiation (RFR) on DNA damage and repair induced by doxorubicin in human B-cell lymphoblastoid cells », Mutat Res (avant impression), 12 oct. 2009.

Pour plus de renseignements, voir « Recherches – Laboratoire – Cancer »
Sommaire>

Sommaire Complet>


Les radiofréquences ont-elles un effet sur les anomalies de la tête des spermatozoïdes?

Cette étude avait pour but d’examiner les effets des radiofréquences (RF) émises par les stations de base GSM sur l’induction d’anomalies de la tête des spermatozoïdes chez la souris. L’exposition de souris mâles à des RF dans des environnements simulant un milieu de travail et un milieu résidentiel a provoqué des anomalies de la tête des spermatozoïdes dans des proportions respectives de 39 % et 46 % , contre un taux de 2 % dans le groupe témoin.

Otitoloju, A.A., I.A. Obe, O.A. Adewale, O.A. Otubanjo et V.O. Osunkalu. « Preliminary study on the induction of sperm head abnormalities in mice, Mus musculus, exposed to radiofrequency radiations from Global System for Mobile communication base stations », Bull Environ Contam Toxicol (avant impression), 9 oct. 2009.

Pour plus de renseignements, voir « Recherches – Laboratoire – Effets sur la reproduction »
Sommaire>

Sommaire Complet>


Les radiofréquences pourraient altérer la capacité fonctionnelle des cellules mononuclées du sang périphérique

Cette étude avait pour but d’analyser les changements dans la viabilité des cellules, le taux d’apoptose, les indices de prolifération et les structures antigéniques à la surface des cellules, résultant de l’exposition des cellules mononuclées à des radiofréquences (RF) de 450, 900 et 1 784 MHz. Les résultats obtenus laissent croire que les signaux RF pourraient altérer la capacité fonctionnelle des cellules mononuclées du sang périphérique en modifiant leur capacité d’adhésion.

Atasoy, A., Y. Sevim, I. Kaya, M. Yilmaz, A. Durmus, M. Sonmez, S.B. Omay, F. Ozdemir et E. Ovali (2009). « The effects of electromagnetic fields on peripheral blood mononuclear cells in vitro », Bratisl Lek Listy, 110(9): 526-9.

Pour plus de renseignements, voir « Recherches – Laboratoire – Système immunitaire »
Sommaire>

Sommaire Complet>

Accueil             Liens              Carte du site               Contacez-Nous
© Centre McLaughlin Centre d'évaluation du risque pour la santé des populations