J


     
 


juillet/août 2009

Analyse plus approfondie du groupe Hardell sur le lien entre l’usage du cellulaire et du sans fil et le risque de tumeurs cérébrales

Les auteurs présentent les résultats d’une analyse plus approfondie de deux études cas-témoin (1997-2003) ayant examiné le lien entre la manifestation de tumeurs cérébrales et l’usage du cellulaire et du sans fil en Suède. L’usage ipsilatéral a été défini comme un usage >= 50 % de la durée des appels, alors que l’usage controlatéral correspond à un usage < 50 %. En ce qui a trait aux astrocytomes, le risque le plus élevé de tumeurs associé à un usage ipsilatéral du cellulaire a été observé après une période de latence > 10 ans [ratio d’incidence approché (OR) = 3,3 ; intervalle de confiance (IC) à 95 % = 2,0 à 5,4]; pour le sans fil, la valeur de OR a été établie à 5,0 (IC = 2,3 à 11). Dans le cas des névromes acoustiques, le ratio d’incidence approché le plus élevé a été associé à un usage ipsilatéral avec période de latence > 10 ans [OR = 3,0  (IC 95 % =1,4 à 6,0) pour le cellulaire et OR = 2,3 (IC 95 % = 0,6 à 8,8) pour le sans fil].

Hardell, L. et M. Carlberg. (2009). « Mobile phones, cordless phones and the risk of brain tumours », International Journal of Oncology, 35(1): 5-17

Pour plus de renseignements, voir « Recherche – Épidémiologique – Études de téléphone cellulaire »
Sommaire >

Sommaire Complet>


Faible faisabilité des études de cohortes sur l’exposition professionnelle aux champs de radiofréquences

Cette recherche avait pour but d’évaluer la faisabilité de commencer une étude de cohortes sur l’exposition professionnelle aux champs de radiofréquences (RF) en Allemagne. Les auteurs ont évalué la faisabilité de mener une telle étude de cohortes en définissant leurs propres critères – entre autres l’exposition et l’évaluation de l’exposition – et en utilisant 20 milieux professionnels et une cohorte de radioamateurs. Trois cohortes potentielles ont été définies à l’aide d’un système fondé sur les avis d’experts, des analyses documentaires et les critères établis par les chercheurs. Les auteurs discutent des avantages et des inconvénients de chaque cohorte et concluent qu’il est impossible de mener une étude de cohortes pour la plupart des groupes professionnels exposés aux RF, car les travailleurs exposés sont trop peu nombreux et que leurs niveaux d’exposition ne sont que légèrement supérieurs au niveau d’exposition de la population en général.

Breckenkamp, J., G. Berg-Beckhoff, E. Münster, J. Schüz, B. Schlehofer, J. Wahrendorf et M. Blettner. « Feasibility of a cohort study on health risks caused by occupational exposure to radiofrequency electromagnetic fields », Environ Health, 29 mai 2009 (avant impression)

Pour plus de renseignements, voir « Recherche – Épidémiologique – Autres études – Autres professions »
Sommaire >

Sommaire Complet>


Selon l’auteur, l’exposition aux champs de radiofréquences serait responsable du risque accru de certains cancers chez les pompiers

Selon les plus récentes analyses, le risque de nombreux cancers serait plus élevé chez les pompiers, car ces derniers sont exposés à un certain nombre de substances cancérogènes connues qui sont présentes dans les produits de combustion. Cependant, les cancers du système respiratoire ne semblent pas plus élevés chez les pompiers que chez des travailleurs exposés par inhalation à des substances cancérogènes. Qui plus est, la liste des cancers à risque élevé est comparable à la liste établie pour les travailleurs exposés à des champs électromagnétiques (CEM) et des champs de radiofréquences (RF). Comme les pompiers sont davantage exposés aux RF du fait de l’utilisation d’appareils radio émetteurs-récepteurs et d’émetteurs radio, l’auteur formule l’hypothèse que le risque accru de cancer chez ces travailleurs serait en partie attribuable à l’exposition aux RF; il pourrait donc être évitable.

Milham, S. « Most cancer in firefighters is due to radio-frequency radiation exposure not inhaled carcinogens », Med Hypotheses, 21 mai 2009 (avant impression)

Pour plus de renseignements, voir « Recherche – Épidémiologique – Autres études – Autres professions »
Sommaire >

Sommaire Complet>

Les stations de base de téléphonie cellulaire GSM et UMTS n’altèrent pas les fonctions cognitives chez les humains

La présente étude avait pour but d’examiner les effets d’une exposition de 50 minutes aux signaux de 10 mW/m2 émis par des stations de base GSM (Global System for Mobile Communication) et UMTS (Universal Mobile Telecommunications System) sur les fonctions cognitives telles l’attention et la mémoire et sur certains paramètres physiologiques, car les études antérieures ayant examiné les effets déclarés par les participants sensibles faisaient état de conclusions contradictoires. Au total, 44 participants sensibles et 44 témoins ont été soumis à plusieurs tests cognitifs dans trois conditions : (1) exposition aux signaux GSM, (2) exposition aux signaux UMTS et (3) exposition fictive, dans le cadre d’essais à double insu. Les résultats montrent que l’exposition aux signaux des stations de base GSM ou UMTS n’a pas eu d’incidence sur les fonctions cognitives et les paramètres physiologiques mesurés.

Eltiti, S., D. Wallace, A. Ridgewell, K. Zougkou, R. Russo, F. Sepulveda et E. Fox. « Short-term exposure to mobile phone base station signals does not affect cognitive functioning or physiological measures in individuals who report sensitivity to electromagnetic fields and controls », Bioelectromagnetics, 27 mai 2009 (avant impression)

Pour plus de renseignements, voir « Recherche – Clinique – Fonctions cognitives »
Sommaire >

Sommaire Complet>


Les téléphones cellulaires de troisième génération n’ont aucun effet sur le débit sanguin cérébral régional chez les humains


Cette étude avait pour but d’évaluer les effets des téléphones cellulaires de troisième génération (1 950 MHz) sur le débit sanguin cérébral régional chez les humains. À cette fin, neuf sujets volontaires de sexe masculin ont été exposés pendant 30 minutes à un système W-CDMA (accès multiple à large bande par partage de code) ou soumis à une exposition fictive. Le débit sanguin cérébral régional a été mesuré au moyen de tomodensitométries réalisées avant, pendant et après l’exposition réelle ou fictive. Les résultats n’ont révélé aucun changement dans le débit cérébral humain sous l’effet d’une exposition aux téléphones W-CDMA. D’après les résultats de l’étude, les auteurs concluent que les champs de radiofréquences émis par les téléphones cellulaires de troisième génération n’altèrent pas le débit sanguin cérébral régional chez les hommes en bonne santé.

Mizuno, Y., Y. Moriguchi, T. Hikage, Y. Terao, T. Ohnishi, T. Nojima et Y. Ugawa. « Effects of W-CDMA 1950 MHz emitted by mobile phones on regional cerebral blood flow in humans »,Bioelectromagnetics, 27 mai 2009 (avant impression)

Pour plus de renseignements, voir « Recherche – Clinique – Fonctions cognitives »
Sommaire >

Sommaire Complet>


Les téléphones cellulaires, les stations de base et les téléphones sans fil sont les principales sources d’exposition aux champs de radiofréquences dans les régions urbaines de Suisse


L’objectif de cette étude était d’évaluer les niveaux d’exposition et les différences sources de champs de radiofréquences (RF) chez 166 sujets volontaires de Suisse. Les participants devaient porter un exposimètre individuel pendant une semaine et tenir un journal quotidien de toutes leurs activités. Selon les résultats obtenus, l’exposition hebdomadaire moyenne à l’ensemble des sources de RF a été de 0,13 mW/m2 (0,22 V/m), les sources importantes d’exposition étant les stations de base de téléphonie cellulaire (32 %), les cellulaires (29 %) et sans fil (22,7 %). Les niveaux d’exposition les plus élevés ont été observés dans les trains (1,16 mW/m2), les aéroports (0,74 mW/m2) ainsi que les tramways ou les autobus (0,36 mW/m2). Le niveau d’exposition a également été plus élevé durant le jour (0,16 mW/m2) qu’en soirée (0,08 mW/m2). Les auteurs concluent que l’exposition aux RF varie considérablement d’une personne à une autre et selon l’endroit, mais qu’elle est en revanche assez uniforme chez une même personne.

Frei, P., E. Mohler, G. Neubauer, G. Theis, A. Bürgi, J. Fröhlich, C. Braun-Fahrländer, J. Bolte, M. Egger et M. Röösli. « Temporal and spatial variability of personal exposure to radio frequency electromagnetic fields »,Environ Res, 22 mai 2009 (avant impression)

Pour plus de renseignements, voir « Recherche – Évaluation d’exposition »
Sommaire >

Sommaire Complet>


La remémoration est une technique peu précise pour évaluer l’utilisation du téléphone cellulaire par les adolescents australiens


L’objectif de cette étude était de valider la précision des données sur l’utilisation du téléphone cellulaire, déclarées par des adolescents vivant à Melbourne, en Australie. Au total, 59 adolescents ont participé à l’étude de validation. L’usage du cellulaire a été déterminé par remémoration, au moyen d’un questionnaire à remplir soi-même dont les résultats ont ensuite été validés à l’aide de téléphones modifiés par logiciels qui enregistraient le nombre d’appels et leur durée. Les résultats indiquent une corrélation de rangs faible, mais significative, entre le nombre autodéclaré et validé de communications vocales (rho = 0,3; P = 0,04). La corrélation a toutefois été plus faible pour ce qui est de la durée des appels (rho = 0,1; P = 0,37). Les auteurs concluent que la remémoration est une technique peu précise pour évaluer l’usage du cellulaire chez les adolescents et notent que les résultats des études épidémiologiques menées auprès de cette population doivent être interprétés avec prudence.

Inyang, I., G. Benke, J. Morrissey, R. McKenzie et M. Abramson. « How well do adolescents recall use of mobile telephones? Results of a validation study », MC Med Res Methodol, 12 juin 2009 (avant impression)

Pour plus de renseignements, voir « Recherche – Évaluation d’exposition »
Sommaire >

Sommaire Complet>


Exposition professionnelle aux RF émises par les stations de base de téléphonie cellulaire : conformité avec le DAS maximal et le DAS corps entier


Cette étude avait pour but d’évaluer l’exposition professionnelle aux champs de radiofréquences (RF) des stations de base de téléphonie cellulaire, au moyen de simulations par la méthode des différences finies dans le domaine temporel. La moyenne spatiale maximale du débit d’absorption spécifique (DAS) et le DAS corps entier ont été évalués chez trois modèles humains, à des distances de 0,5 et 4 m de stations de base fonctionnelles. Les résultats indiquent que l’absorption corps entier détermine habituellement la puissance de sortie maximale admissible de l’antenne et que l’exposition locale est sujette à différents effets qui varient selon la personne. Comme la moyenne spatiale maximale du DAS est plus restrictive pour les antennes courtes, les auteurs proposent d’évaluer la conformité en regard du DAS maximal et du DAS corps entier.

Gosselin, M.C., A. Christ, S. KÃœhn et N. Kuster. (2009). « Dependence of the occupational exposure to mobile phone base stations on the properties of the antenna and the human body »,IEEE Transactions on Electromagnetic Compatibility, 51(2): 227-235

Pour plus de renseignements, voir « Recherche – Évaluation d’exposition »
Sommaire >

Sommaire Complet>


Bonne concordance entre les valeurs du DAS des téléphones cellulaires mesurées par différents laboratoires internationaux


Les auteurs de cette étude voulaient comparer le débit d’absorption spécifique (DAS) de deux types de téléphones cellulaires, mesuré par 17 laboratoires de 11 pays différents. Les mesures du DAS ont été obtenues au moyen de petites sondes de champ électrique placées à l’intérieur de têtes fantômes. Chaque laboratoire a mesuré le DAS maximal sur 1 g et 10 g pour chaque téléphone aux fréquences de 900 et 1 800 MHz, contre les joues gauche et droite ainsi que dans un angle d’inclinaison sur la gauche et la droite par rapport au fantôme. L’analyse des données montre que les résultats sont en général assez cohérents entre les 17 laboratoires. Les auteurs concluent que leurs résultats corroborent dans l’ensemble la fiabilité des méthodes actuellement utilisées pour mesurer le DAS.

Davis, C.C. et Q. Balzano. (2009). « The International Intercomparison of SAR Measurements on Cellular Telephones », IEEE Transactions on Electromagnetic Compatibility, 51(2): 210-216

Pour plus de renseignements, voir « Recherche – Évaluation d’exposition »
Sommaire >

Sommaire Complet>


Utilisation d’une méthode sans contact avec colorant fluorescent pour mesurer les variations de température dues à l’exposition aux RF dans des échantillons biologiques


L’objectif de cette étude était d’examiner les variations de température dues aux champs de radiofréquences (RF) dans de petits échantillons biologiques, au moyen d’un colorant fluorescent thermosensible – la rhodamine B – utilisé avec une méthode sans contact. La méthode sans contact pouvait donner des images bidimensionnelles et tridimensionnelles et a été étalonnée en regard des variations de température en temps réel mesurées à partir de sondes à fibres optiques. Les auteurs ont estimé que le DAS dû à la puissance absorbée mesurée était plus élevé que les valeurs estimées à partir des variations de température (intervalles de 1 minute), sans doute parce que cet intervalle est trop long pour évaluer avec précision la hausse initiale de température provoquée par l’exposition aux RF.

Chen, Y.Y. et Andrew W. Wood. « Application of a temperature-dependent fluorescent dye (Rhodamine B) to the measurement of radiofrequency radiation-induced temperature changes in biological samples »,Bioelectromagnetics, 8 juin 2009 (avant impression)

Pour plus de renseignements, voir « Recherche – Évaluation d’exposition »
Sommaire >

Sommaire Complet>


Procédure basée sur des formules pour établir les limites de conformité du DAS pour les antennes des stations de base de téléphonie cellulaire


Les auteurs proposent une nouvelle méthode pour déterminer les limites de conformité pour les antennes des stations de base de téléphonie cellulaire. Ils utilisent des formules pour estimer le débit d’absorption spécifique (DAS) associé aux antennes régulières des stations de base, en utilisant différents paramètres dont la fréquence, la puissance d’émission, les dimensions de l’antenne, la directivité et la largeur angulaire à demi-puissance. Les auteurs font la démonstration de la méthode utilisée pour déterminer les limites de conformité.

Thors, B., B. Hansson et C. Törnevik. « The generation of simple compliance boundaries for mobile communication base station antennas using formulae for SAR estimation », Phys Med Biol, 17 juin 2009 (avant impression) 54(13): 4243-4256

Pour plus de renseignements, voir « Recherche – Évaluation d’exposition »
Sommaire>

Sommaire Complet>


Effets synergiques des RF et des rayons gamma sur les fonctions cellulaires


L’objectif de cette étude était d’évaluer les effets biologiques des champs de radiofréquences (RF) de 900 MHz et des rayons gamma sur des cellules SHG44, ainsi que les interactions entre ces émissions dans les cellules. Les résultats montrent que l’exposition aux RF accentue les dommages causés par les rayons gamma dans les cellules SHG44. Ainsi, l’exposition des cellules aux RF a intensifié la diminution de la prolifération cellulaire induite par l’irradiation aux rayons gamma, ainsi que le taux d’apoptose. L’exposition aux RF et aux rayons gamma a produit un effet de synergie, en provoquant une réaction de stress. Les auteurs en concluent que l’exposition aux RF amplifie les effets nocifs des rayons gamma sur les fonctions cellulaires.

Cao, Y., W. Zhang, M.X. Lu, Q. Xu, Q.Q. Meng, J.H. Nie et J. Tong. (2009). « 900-MHz microwave radiation enhances gamma-ray adverse effects on SHG44 cells »,J Toxicol Environ Health A, 72(11): 727-32

Pour plus de renseignements, voir « Recherches – Laboratoire – Cancer »
Sommaire >

Sommaire Complet>


Aucun dommage direct à l’ADN, ni aucun effet de synergie entre les RF de 1 800 MHz et les rayons X, dans les leucocytes humains


Cette étude avait pour but d’évaluer les effets de champs de radiofréquences (RF) de 1 800 MHz (DAS = 2 W/kg) sur la réparation de l’ADN dans des leucocytes humains exposés à des rayons X. Les leucocytes ont été prélevés de quatre donneurs en santé qui ont été exposés à des RF de façon intermittente, pendant 24 heures après irradiation par des rayons X. Bien que la vitesse de réparation de l’ADN dans les leucocytes humains exposés aux rayons X ait varié d’un participant à un autre, l’exposition intermittente à des RF de 1 800 MHz n’a pas causé de dommages directs à l’ADN des leucocytes humains.

Zhijian, C., L. Xiaoxue, L. Yezhen, L. Deqiang, C. Shijie, J. Lifen, L. Jianlin et H. Jiliang. « Influence of 1.8-GHz (GSM) radiofrequency radiation (RFR) on DNA damage and repair induced by X-rays in human leukocytes in vitroG », Mutat Res, 3 juin 2009 (avant impression)

Pour plus de renseignements, voir « Recherches – Laboratoire – Cancer »
Sommaire >

Sommaire Complet>


Des résultats préliminaires laissent croire à l’induction d’une réaction adaptative dans les cellules exposées à des radiofréquences de 900 MHz


Cette étude visait à évaluer la réaction adaptative aux champs de radiofréquences (RF) dans des leucocytes du sang périphérique de cinq sujets volontaires humains. Les cellules ont été exposées à des RF de 900 MHz (DAS = 10 W/kg) pendant 20 heures, après l’administration d’une dose génotoxique unique de mitomycine à 48 heures. La fréquence des micronoyaux dans les cellules a été examinée pour déterminer la réaction adaptative. Les résultats obtenus montrent l’induction d’une réaction adaptative dans les cellules exposées aux RF, chez quatre des cinq sujets volontaires. Les auteurs concluent que l’induction de la réaction adaptive est dans l’ensemble hétérogène.

Sannino, A., M. Sarti, S.B. Reddy, T.J. Prihoda, Vijayalaxmi et M.R. Scarfì. (2009). « Induction of Adaptive Response in Human Blood Lymphocytes Exposed to Radiofrequency Radiation »,Radiat Res, 171, 735–742

Pour plus de renseignements, voir « Recherches – Laboratoire – Cancer »
Sommaire >

Sommaire Complet>


Absence d’effets génotoxiques et cytotoxiques (dommages à l’ADN) associés aux RF dans des fibroblastes cutanés humains


Les auteurs de cette étude ont évalué les dommages à l’ADN dans des fibroblastes cutanés humains, prélevés d’un sujet en santé et d’un autre atteint du syndrome de Turner et exposés pendant 24 heures à des champs de radiofréquences (RF) GSM de 900 MHz, à un DAS de 1 W/kg. Les cellules ont été exposées, soit uniquement aux RF, soit aux RF en association avec une substance mutagène et cancérogène de l’environnement. Les résultats n’indiquent aucun effet génotoxique ou cytotoxique associé uniquement à l’exposition aux RF. De plus, aucune amplification des dommages à l’ADN induits par la substance mutagène et cancérogène n’a été observée dans les fibroblastes exposés aux RF.

Sannino, A., G. Di Costanzo, F. Brescia, M. Sarti, O. Zeni, J. Juutilainen et M.R. Scarfì. (2009). « Human Fibroblasts and 900 MHz Radiofrequency Radiation: Evaluation of DNA Damage after Exposure and Co-exposure to 3-Chloro-4-(dichloromethyl)-5-Hydroxy-2(5h)-furanone (MX) »,Radiat Res, 171, 743–751

Pour plus de renseignements, voir « Recherches – Laboratoire – Cancer »
Sommaire >

Sommaire Complet>


Une étude de confirmation ne peut établir que les champs de radiofréquences de 915 MHz altèrent l’intégrité de la barrière hémato-encéphalique chez le rat


Une étude de confirmation a été conçue pour déterminer s’il y avait atteinte de la barrière hémato-encéphalique chez des rats exposés à des champs de radiofréquences (RF) de 915 MHz. Les rats ont été exposés pendant 30 minutes à des RF de 915 MHz continues ou modulées (16 ou 217 Hz), à des débits d’absorption spécifiques (DAS) corps entiers de 0,0018 à 20 W/kg. Les résultats n’indiquent aucune augmentation significative de l’extravasation de l’albumine – une mesure de l’intégrité de la barrière hémato-encéphalique – chez aucun des animaux exposés, comparativement aux animaux soumis à une exposition fictive ou aux animaux témoins en cage.

McQuade, J.M., J.H. Merritt, S.A. Miller, T. Scholin, M.C. Cook, A. Salazar, O.B. Rahimi, M.R. Murphy et P.A. Mason. (2009). « Radiofrequency-Radiation Exposure Does Not Induce Detectable Leakage of Albumin Across the Blood-Brain Barrier », Radiat Res, 171, 615–621

Pour plus de renseignements, voir « Recherches – Laboratoire – Fonctions cérébrales »
Sommaire >

Sommaire Complet>


Les champs de radiofréquences des téléphones cellulaires n’ont aucun effet sur le système nerveux en développement des souris gravides


La présente étude avait pour but d’examiner les effets de l’exposition aux champs de radiofréquences (RF) des téléphones cellulaires sur le développement du système nerveux (hippocampe) chez la souris. Les souris ont été réparties en deux groupes : groupe témoin et groupe exposé, les souris gravides étant exposées aux RF émis par les téléphones cellulaires. Les résultats n’indiquent aucune différence significative dans le nombre de cellules pyramidales de l’hippocampe (mesure du système nerveux en formation), entre le groupe témoin et le groupe exposé. Les auteurs concluent que d’autres recherches devront être menées, étant donné l’usage répandu du téléphone cellulaire et le haut niveau d’exposition du cerveau en développement.

Rağbetli, M.C., A. Aydinlioğlu, N. Koyun, C. Rağbetli et M. Karayel. (2009). « Effect of prenatal exposure to mobile phone on pyramidal cell numbers in the mouse hippocampus: a stereological study », Int J Neurosci, 119(7): 1031-1041

Pour plus de renseignements, voir « Recherches – Laboratoire – Fonctions cérébrales »
Sommaire >

Sommaire Complet>

Une étude montre que l’exposition à des RF GSM de 900 MHz n’a aucune incidence sur d’importants paramètres des cellules neuronales de modèles in vitro

Cette étude visait à évaluer la viabilité, la prolifération et la vulnérabilité des cellules neuronales, après une exposition continue à des champs de radiofréquences (RF) modulées par GSM de 900 MHz (DAS =1 W/kg), pendant une durée maximale de 144 heures, dans deux systèmes cellulaires. Les résultats indiquent que l’exposition aux RF n’a provoqué aucun changement dans la viabilité et le taux de prolifération des cellules cholinergiques ou la viabilité des neurones corticaux. Selon les auteurs, ce n’est que dans certaines conditions précises que l’exposition aux signaux GSM de 900 MHz agit comme cofacteur de stress qui provoque des dommages par oxydation dans les cellules neuronales.

Del Vecchio, G., A. Giuliani, M. Fernandez, P. Mesirca, F. Bersani, R. Pinto, L. Ardoino, G.A. Lovisolo, L. Giardino et L. Calzaà.« Effect of radiofrequency electromagnetic field exposure on in vitro models of neurodegenerative disease »,Bioelectromagnetics, 28 mai 2009 (avant impression)

Pour plus de renseignements, voir « Recherches – Laboratoire – Fonctions cérébrales »
Sommaire>

Sommaire Complet>


Les RF UMTS de 1 950 MHz n’influencent pas la viabilité des cellules ou la formation d’espèces réactives de l’oxygène dans les cellules Jurkat


Les auteurs de cette étude voulaient déterminer si les rayonnements des champs de radiofréquences (RF) induisent un stress oxydatif dans des cultures de cellules de mammifères, lorsqu’ils sont administrés seuls ou en association avec des ions ferreux. La production d’espèces réactives de l’oxygène a été mesurée dans des cellules lymphoblastoïdes humaines exposées à des signaux UMTS de 1 950 MHz à un DAS de 0,5 et 2,0 W/kg pendant des périodes courtes (5 à 60 min) ou longues (24 heures). Les résultats indiquent que les expositions aux RF non thermiques n’augmentent pas la formation d’espèces réactives de l’oxygène dans quelques conditions expérimentales et n’ont pas d’incidence sur la viabilité des cellules Jurkat exposées aux RF pendant 24 heures. Des résultats comparables ont été obtenus, lors de co‑expositions (RF et ions ferreux). Les auteurs concluent que l’exposition à des RF UMTS de 1 950 MHz n’influence pas la viabilité des cellules ni la formation d’espèces réactives de l’oxygène dans les cellules Jurkat.

Brescia, F., M. Sarti, R. Massa, M.L. Calabrese, A. Sannino et M.R. Scarfì. « Reactive oxygen species formation is not enhanced by exposure to UMTS 1950 MHz radiation and co-exposure to ferrous ions in Jurkat cells », Bioelectromagnetics, 27 mai 2009 (avant impression)

Pour plus de renseignements, voir « Recherches – Laboratoire – Autres études – Radicaux libres »
Sommaire >

Sommaire Complet>


Examen des effets des champs électromagnétiques (CEM) sur le système immunitaire


L’auteur passe en revue un certain nombre d’articles sur les effets des champs électromagnétiques (CEM) sur le système immunitaire. Au terme de son examen, l’auteur conclut que les limites d’exposition actuelles n’assurent pas une protection adéquate de la santé publique et que de nouvelles normes doivent être établies.

Johansson, O. « Disturbance of the immune system by electromagnetic fields—A potentially underlying cause for cellular damage and tissue repair reduction which could lead to disease and impairment », Pathophysiology, 23 avril 2009 (avant impression)

Pour plus de renseignements, voir « Recherches – Articles de synthèse – Général »
Sommaire >


Aperçu de l’épidémiologie de l’exposition aux champs électromagnétiques (CEM)


Les auteurs présentent un résumé des données scientifiques sur l’exposition aux champs électromagnétiques (CEM) et les risques pour la santé, en s’intéressant plus particulièrement aux études sur le lien entre l’utilisation du cellulaire et les tumeurs cérébrales, sur l’exposition aux lignes électriques et la manifestation de leucémies infantiles, ainsi que sur les sources de biais et d’erreurs dans les études épidémiologiques de ce genre.

Schuz, J., S. Lagorio et F. Bersani. « Electromagnetic fields and epidemiology: an overview inspired by the fourth course at the International School of Bioelectromagnetics », Bioelectromagnetics, 28 mai 2009 (avant impression)

Pour plus de renseignements, voir « Recherches – Articles de synthèse – Épidémiologie »
Sommaire>


Gee, D. « Late Lessons from Early Warnings: Towards realism and precaution with EMF? », Pathophysiology, 21 mai 2009 (avant impression)

Pour plus de renseignements, voir « Recherches – Articles de synthèse – Général »
Sommaire>

Accueil             Liens              Carte du site               Contacez-Nous
© Centre McLaughlin Centre d'évaluation du risque pour la santé des populations