avril 2003

Mise à jour sur l'hypersensibilité électromagnétique et les appareils de protection.

COMAR (Committee on Man and Radiation) est un comité de l'IEEE (Institute of Electric and Electronic Engineers). L'an dernier, le comité a publié deux rapports sur les téléphones cellulaires et la santé.

Le premier sujet concernait " l'hypersensibilité électromagnétique " et discutait des symptômes commun ainsi que des causes possibles. Une revue des publications sur le sujet était également incluse. Un publication de Hietanen et ses collaborateurs (2002) explorait la relation entre les téléphones cellulaires et l'hypersensibilité. Cet article est revu dans la section "Recherche - Cliniques - Effets sur la santé en général".

Le deuxième sujet traite de l'utilisation d'appareils de protection pour les téléphones cellulaires.

Les rapports peuvent être consultés au www.seas.upenn.edu/~kfoster/comar.htm

Plus d'information sur les lymphomes chez les souris

Dans l'édition de septembre 2002 du " Quoi de neuf " nous discutions de l'étude de Utteridge et ses collaborateurs qui tentait de reproduire l'étude de 1997 de Repacholi. Cette dernière suggérait que les rayonnements RF augmentaient l'incidence des lymphomes chez des souris génétiquement susceptibles de développer ce type de tumeur.

Plusieurs lettres dans l'édition de février de " Radiation Research " questionnent certains aspects de la recherche de Utteridge. La principale préoccupation est reliée à la différence apparente entre les statistiques de survie dans l'article. Dans les statistiques, les souris semblent toutes être décédées avant l'âge de 18 mois, mais dans la courbe de gain de poids, les souris semblent toujours vivantes à 28 mois. Utteridge et ses collaborateurs expliquent cette différence par le fait que dans les statistiques de survie, les chiffres réfèrent aux journées d'exposition et non à l'âge des souris. Comme les animaux n'ont pas été exposés pendant la fin de semaine et les jours de fête, la durée de survie apparaît plus courte qu'en réalité.

On discute de cette controverse dans l'édition de janvier/février de " Microwave News " et les propos rapportés de plusieurs chercheurs disent que cette façon de présenter des données est très inhabituelle.

Pour obtenir plus de détails sur cette recherche, nous avons ajouter un addendum au résumé de la recherche de Utteridge dans la section "Recheches - Toxicologiques - Cancer ".

Un autre article d'un groupe Suédois

Hardell et ses collaborateurs suédois ont publié quatre articles sur l'étude cas-témoin qu'ils ont conduit en 1997-2000. Ce dernier article ne contient aucune nouvelle donnée sur l'étude cas-témoin, mais réitère que le rapport des cotes pour les schwannoma vestibulaires (VS) chez ceux qui utilisent un téléphone analogique était de 3,45. Cette tumeur est aussi connue sous le nom de neurome acoustique. Les auteurs ont également revu les taux d'incidence pour les VS et autres tumeurs cérébrales en Suède entre 1960 et 1998. Ils ont découvert une augmentation significative du nombre de VS entre 1980-1998 et de d'autres tumeurs bénignes entre 1960-1979. Aucune autre augmentation n'a été notée pour d'autres tumeurs bénignes ou malignes entre 1980-1998.

Référence: Hardell L, Mild KH, Sandstrom M, Carlberg M, et al. Vestibular schwannoma, tinnitus, and cellular telephones. Neuroepidemiology 2003;22:124-129.



Accueil             Liens              Carte du site               Contacez-Nous
© Centre McLaughlin Centre d'évaluation du risque pour la santé des populations