Auteurs
Szmigielski, S.

Dans cet article, l'auteur examine le lien entre l'exposition aux champs RF et la manifestation du cancer chez le personnel militaire de Pologne, entre 1971 et 1985. L'exposition a été déterminée à partir de la description d'emploi figurant dans les dossiers du personnel militaire, mais aucune mesure de l'exposition individuelle n'a été obtenue. Les champs électromagnétiques étaient modulés par impulsions (150 - 3 500 MHz) et environ 80 % des personnes ont été exposées à moins de 2 W/m2. L'incidence annuelle des divers types de cancer a été calculée sur la base d'une population totale " non exposée " formée d'environ 124 000 sujets par année et d'une population " exposée " d'environ 3 700 par année. Une incidence accrue dans les groupes exposés, par comparaison aux groupes non exposés, a été observée pour plusieurs cancers, notamment le cancer de l'oesophage et de l'estomac (3,24 fois de plus), du côlon et du rectum (3,19), du cerveau (1,91) ainsi que des systèmes sanguin et lymphatique (6,31).

Cette étude comporte toutefois des lacunes importantes. Ainsi, l'exposition aux champs EM a été déterminée à partir de la description de poste, sans avoir aucun détail sur l'exposition réelle, ni aucune information sur la durée de l'exposition. De plus, comme l'information sur les cas de cancer a été tirée des dossiers médicaux, il est possible que les dossiers des personnes atteintes de cancer contenaient plus de renseignements sur l'exposition aux champs RF et autres types d'exposition que les dossiers du personnel en santé, ce qui aurait pour effet d'introduire un biais susceptible d'accroître artificiellement l'incidence prévue parmi le personnel " exposé ". En outre, l'auteur n'indique que les taux d'incidence annuel pour 100 000, sans préciser le nombre réel de cas. Il note cependant que " le cas unique de tumeur maligne relevé dans le groupe des 3 700 sujets exposés, au cours des 15 années, correspond à un taux d'incidence de 1,8 cas pour 100 000 par année "; cela signifie qu'il n'y aurait eu que 24 cas de cancer des systèmes sanguin et lymphatique durant la période de 15 ans.Comme ce nombre est très faible, à peine quelques erreurs dans la détermination de l'exposition suffiraient à modifier sensiblement le taux d'incidence calculé. L'auteur ne fournit par ailleurs aucune information sur les facteurs de confusion, bien qu'il insiste sur le fait que les travailleurs en électricité puissent être exposés à des facteurs " leucémigènes ". Enfin, rien n'indique qu'il y a eu correction en fonction de l'âge, ce qui pourrait faire une différence appréciable dans les résultats obtenus.

Dans l'ensemble, la méthodologie utilisée pour cette étude est fortement déficiente et les résultats doivent être interprétés avec une extrême prudence.


Accueil             Liens              Carte du site               Contacez-Nous
© Centre McLaughlin Centre d'évaluation du risque pour la santé des populations