Auteurs
Auvinen A, Hietanen M, Luukkonen R, Koskela R-S (2002)

Le registre finlandais du cancer a été utilisé pour identifier les 398 cas de tumeurs cérébrales et les 34 cas de cancer des glandes salivaires diagnostiqués en 1996. Cinq témoins ayant le même âge et le même sexe ont été choisis dans le registre de la population finlandaise. Les auteurs ont également comparé la localisation et le soustype de tumeur chez les cas avec et sans abonnement au cellulaire. L'exposition au cellulaire a été déterminée avec la liste des abonnés du téléphone. Le type d'abonnement (analogue ou numérique) ainsi que le début et la fin de l'abonnement étaient aussi disponibles. D'autres facteurs comme le lieu de résidence, le statut socio-économique et l'emploi ont été considérés dans l'analyse.

Treize pour cent des cas de tumeurs cérébrales, 12 % des cancers des glandes salivaires et 11 % des témoins avaient déjà eu un abonnement personnel à un réseau de téléphones cellulaires. La durée moyenne d'abonnement était de 2 à 3 ans pour les cellulaires analogues et moins d'un an pour les systèmes numériques.

Il n'existait aucune association entre les téléphones cellulaires et les tumeurs cérébrales et le cancer des glandes salivaires. Les gliomes, un type particulier de tumeur cérébrale, avaient une faible association avec l'utilisation du téléphone analogue (OR 1.3-3.4), mais ces résultats sont basés sur 26 cas seulement. Il n'existait aucune différence entre les cas de gliomes exposés ou non.

La principale faiblesse de cette étude est le manque de détails sur l'exposition puisque les auteurs n'ont pu confirmer que les abonnés étaient vraiment des usagers du téléphone. Il n'y avait pas non plus d'information sur la durée et la fréquence des appels ou sur les téléphones cellulaires fournis par les compagnies à leurs employés.



Accueil             Liens              Carte du site               Contacez-Nous
© Centre McLaughlin Centre d'évaluation du risque pour la santé des populations