Auteurs
Freude, G., Ullsperger, P., Eggert, S., Ruppe, I., Eulitz, C. et Elbert, T.

Pour ces études, un téléphone sans fil a été fixé à l'oreille gauche des sujets. Le CEM émis était d'une fréquence de 916,2 MHz, avec modulation par impulsions à 217 Hz, selon une durée de 577 :s, ce niveau étant comparable à l'exposition produite par un téléphone cellulaire. Durant la première étude, 16 hommes devaient exécuter une tâche par tapotement des doigts et une autre d'observation visuelle. Durant la tâche par tapotement des doigts, l'exposition au CEM n'a eu aucun effet sur l'EEG des sujets, ni sur l'exécution de cette tâche. De même, aucune différence n'a été observée durant l'exécution de la tâche d'observation visuelle, bien que certaines différences soient apparues au niveau des ondes cérébrales lentes de l'EEG, en particulier du côté droit du cerveau (c.?à?d., du côté opposé au CEM).

Treize hommes ont participé à la deuxième étude durant laquelle ils ont eu à exécuter un exercice de discrimination auditive qui consistait à déceler différents sons durant une exposition à un CEM. Des différences par rapport aux témoins sont apparues sur l'EEG des hommes exposés au CEM, mais les principaux effets ont alors été observés sur le côté gauche du cerveau. Les écarts entre les résultats de ces deux études semblent indiquer la nécessité de poursuivre les études.

Durant la troisième étude, deux séries d'expériences ont été réalisées à six mois d'intervalle. Vingt jeunes hommes ont participé à la première série et dix-neuf, à la deuxième. Durant ces expériences, les sujets devaient exécuter trois tâches : une tâche complexe d'observation visuelle, une tâche par tapotement des doigts et une troisième tâche qui consistait en la présentation d'un stimulus d'avertissement suivi d'un stimulus secondaire auquel le sujet devait réagir. L'EEG a été enregistré durant chacune de ces tâches. L'exposition, ou la non?exposition, au CEM se faisait de façon aléatoire, sans que les sujets ne sachent s'ils étaient ou non en présence d'un CEM. Aucune différence significative n'a été observée durant l'exécution de ces tâches, entre les sujets exposés et non exposés. Durant l'exécution de la tâche complexe d'observation visuelle, une baisse des potentiels des ondes cérébrales lentes a été observée sur l'EEG dans certaines parties du cerveau, et ce dans les deux séries d'expériences. Ces changements ont en outre été observés des deux côtés du cerveau, bien qu'ils aient été plus prononcés du côté droit. Aucun changement significatif de l'EEG n'a été observé durant l'exécution des deux autres tâches. Les auteurs insistent sur le fait que " leurs résultats ne permettent de tirer aucune conclusion concernant le bien-être et la santé des humains ".

Accueil             Liens              Carte du site               Contacez-Nous
© Centre McLaughlin Centre d'évaluation du risque pour la santé des populations