Authors
De Seze, R., Fabbro-Peray, P., Miro, Ayoub J. et Touitou, Y.

Durant la première de ces études, 18 hommes ont été exposés à des téléphones mobiles GSM émettant des ondes de 890 à 900 MHz, modulées par impulsions à 217 Hz selon une durée de 576 :s; les sujets y ont été exposés deux heures par jour, 5 jours par semaine, durant 4 semaines. Durant cette période, l'exposition aux autres CEM a été limitée. Tout au long de l'étude, les concentrations sanguines de différentes hormones (ACTH, TSH, LH, GH, FSH) sont demeurées dans les limites normales. Le septième échantillon a toutefois présenté une diminution de 21 % des taux moyens de TSH (thyrotrophine), cet échantillon étant le dernier prélèvement de la période d'exposition. Les taux sont revenus à leur niveau de référence, durant la période suivant l'exposition. Aucun facteur apparent n'explique cette fluctuation. Les auteurs ont dit avoir l'intention de répéter l'étude, auprès d'un plus grand nombre de sujets volontaires.

Durant la deuxième étude, 37 hommes ont été exposés à un téléphone GSM 900 ou DCS 1800, avec modulation par impulsions à une fréquence comparable à celle utilisée pour la première étude, durant des périodes de temps identiques. Durant cette étude, les auteurs ont enregistré les taux de mélatonine avant, pendant et après l'exposition, ceux-ci augmentant habituellement durant la nuit. Les auteurs n'ont observé aucune perturbation de la structure normale du sommeil, et les taux de cette hormone sont demeurés normaux tout au long de l'étude.

Home             Links              Sitemap               Contact Us
© McLaughlin Centre for Population Health Risk Assessment